Souvenirs de l’été

Ces jours-ci on a l’impression que l’été se termine, bon, on est en septembre, donc c’est pas sensé être étonnant, et en plus avec un peu de chance on aura encore droit à un très bel été indien (avec un peu de chance)…

Du coup j’ai voulu partager quelques-chose sur ce blog, pas de chance, entre mon emploi du temps (très) chargé et d’autres trucs, les seul illustrations cool que j’ai sur moi sont une série de personnages sur lesquels je reviendrai ici quand la série sera terminée. Mais par chance, j’ai quelques photos.

Il faut dire que je fais un piètre photographe, la plupart du temps je ne prends des photos que pour dessiner ou peindre plus tard. Et comme j’ai tendance à peindre ou dessiner sans modèle, les photos que je prends ont tendance à s’accumuler sur mon disque dur. Mais, parfois, il arrive que je me donne un peu plus de peine pour une photo (ou alors j’ai de la chance quand je déclenche ^^).

C’est le cas pour cette série de trois photos, que j’ai prise lors de la sortie d’été du labo. Au départ on se dit que c’est trois jolies photos. Je dois avouer que ce qu’il y a dans ces trois photos est vraiment purement fortuit, et je ne m’en suis même pas rendu compte tout de suite quand j’ai fait le montage.

photos

Bon, je vous laisse chercher, si vous voyez de quoi je veux parler, vous pouvez laisser un commentaire (et dans tout les cas vous pouvez laissez un commentaire gentil, ça alimente la discussion).

Sur ce bon automne à tous, on se retrouve tantôt j’espère…

Une histoire de drones

Comme vous le savez sans doute, je viens de finir mon dernier semestre de cour, qui a été assez chargé. Une des choses qui m’a pris pas mal de temps fut la publication dans la revue de de l’association française de topographie, xyz, de notre précédent travail de semestre à moi et à une copine de classe, Marthe Ortolo.

Nous avons même fait la couverture, dans le sens créer graphiquement la couverture de la revue. Voici le visuel:

couverture xyz

Notons que la maquette est celle de la maquettiste, notre rôle s’étant borné à fournir l’illustration.

Cette dernière a été réalisée avec Blender et Krita.

Pourceux qui sont intéressés par l’article (assez théorique et matheux, vous êtes prévenus) vous pouvez à présent acheter la revue en ligne.

Nouvelle année

Bon, pour commencer, bonne année 2017.

2016 fut une année très chargée en ce qui me concerne, avec le crowdfunding puis la sortie du Jeu Meurtre. Au niveau scolaire aussi, puisqu’il a fallut finir mes deux derniers semestres de Master.

2017 s’annonce tout aussi chargée, avec de nouveaux projets artistiques (et en premier plan Projet Helios, mais aussi d’autres surprises), et scolaires (il reste mon projet de master).

Et pour finir sur une note sympa, voici la “carte de vœux” de cette année, que vous avez peut-être déjà croisée sur facebook:

 

On se retrouve en 2017 pour de nouvelles aventures…

Interview Crimes

Ceci est une interview que j’ai réalisée pour les Écuries d’Augias, studio de créateurs derrière, entre autre, le jeu Crimes, et pour lequel j’ai réalisé l’un des titillieurs de la campagne de crowdfunding: https://fr.ulule.com/crimes-2/

Je reproduit ici l’interview avec leur autorisation.


Bonjour à tous,

Aujourd’hui nous poursuivons les interviews avec celle de Laurent Jospin, qui partage ici son expérience avec les Écuries d’Augias, et son travail sur Crimes.


1/ Tu es l’auteur du trailer aperçu pendant la campagne de levée de fonds (https://youtu.be/lyKstDbn6NQ). Mais il semble que ce n’est pas ta première incursion dans cet univers du Crimes. Quels sont les liens qui te lient avec les Ecuries d’Augias ?

J’ai commencé à travailler avec les Écuries sur le jeu Billet Rouge, sorti il y a 5 ans. J’ai essentiellement réalisé les playtests (vu que j’étais encore lycéen à l’époque, j’avais le temps de le faire) et par extension travaillé sur le game design.

J’ai aussi travaillé sur le supplément “La Chaux-de-Fonds 1904“, sur une carte interactive de la Chaux-de-fonds (qui, pour l’instant, n’est pas disponible pour cause de problèmes de serveur :S) et quelques recherches historiques également.

C’est un petit nombre de projets, mais il faut dire que Billet Rouge représente quand même mon premier projet JDR pro, et celui qui m’a vraiment formé à l’univers de la création. Par certains côtés, le lien principal que j’ai avec les Écuries c’est celui d’un apprenti avec l’entreprise qui l’a formé.

2/ Tu n’es pas un inconnu dans le milieu du jeu de rôles. Peux-tu nous en dire plus sur ton “pedigree” rôliste ?

J’ai découvert le jeu de rôle, comme pas mal d’adolescents, avec D&D. J’ai joué avec des copains du lycée et aussi sur forum. Le jeu sur forum, beaucoup plus littéraire que le jeu sur table, m’a d’ailleurs beaucoup passionné.

Par la suite j’ai découvert d’autres jeux de rôles, les premiers que j’ai achetés (D&D c’est un copain qui l’avait) ont été les livres de base des Ombres d’Esteren et de Crimes v1. Je ne savais pas encore à l’époque que j’allais travailler avec les Écuries.

Curieusement ce n’est pas le livre de Crimes qui m’y a conduit, mais les Ombres d’Esteren. J’avais un copain qui travaillait chez Forgesonges (le collectif derrière les Ombres d’Esteren, et qui a proposé à l’une de mes tables de playtester un nouveau jeu qu’ils développaient : Billet Rouge). J’ai vraiment aimé la partie et j’ai proposé à d’autres copains d’y jouer. Comme le jeu nous plaisait on l’a abondamment playtesté et, comme je faisais des retours détaillés et très utiles pour l’équipe de créations (tous très occupés) je me suis retrouvé finalement à prendre part à la finalisation du game design.

C’est parce que les Écuries ont été choisies comme éditeurs que j’ai commencé à travailler avec eux. Billet Rouge a été publié dans la collection In Vitro, une collection de jeux expérimentaux qui contient aussi Romance Érotique (que je suis le seul mineur à avoir acheté, si, si, ma dédicace représente l’aveu des éditeurs) et Montségur 1244.

À la même époque j’ai découvert le forum silentdrift et les théories de The Forge. Je me suis lancé dans la création d’un jeu narratif expérimental , Meurtre, qui est devenu par la suite Meurtre, le JDR atypique et dramatique. Pour la petite histoire, j’avais proposé aux écuries de l’ajouter à la collection In Vitro et il a été… refusé. Bon rassurez vous, on ne mélange pas amitié et affaires, et nous sommes resté en bonne entente.

Par la suite j’ai donné un coup de main pour le projet “La Chaux-de-Fonds 1904“, étant de la Chaux-de-fonds cela coulait presque de source. À la même époque j’ai rejoint le comité du festival Ludesco à la Chaux-de-fonds.

Durant les années qui ont suivie, j’ai aussi rejoint le comité de la convention Orc’idée, et j’ai pris le temps de peaufiner mon jeu, qui a finalement été auto-édité.

À présent je fais partie de cette “race” (bah, oui, on parle de pedigree là) de rôlistes qui lisent beaucoup, créent mais jouent “rarement” (une fois par mois, contre 1 fois par semaine à l’époque du lycée). Les hautes études et l’éloignement géographique en sont responsables pour une bonne part.

3/ Quelles compétences as-tu mis en œuvre pour aboutir à ce visuel plus que bluffant ? Est-ce ton domaine professionnel ?

Le projet du clip pour Crimes requiert une série de compétences assez variées, certaines entrent dans le cadre de ma formation technique, d’autre de ma passion artistique.

La première étape consiste à créer virtuellement les objets qui seront visibles dans les différentes scènes. Pour ce faire il faut soit les modéliser à partir de formes simples, facilement paramétrable dans les logiciels de 3D (c’est le cas des lunettes, du pistolet et de la plume) mais, si cela ne suffit pas, alors on pourra se tourner vers des logiciels de sculpture virtuelle (c’est ce que j’ai employé pour les motifs sur la loupe).

Une fois les modèles créés, il faut créer les matériaux. Pour ce faire on combine en général des textures pour la couleurs, des textures qui vont caractériser les changement de la réflexion/diffusion de la lumière et enfin des textures pour les micro-déplacements.

Puis il faut en rendre certain articulables pour pouvoir les animer par la suite, c’est le cas du livre de Crimes virtuel. Dans cette vidéo vous avez un aperçu de comment il a été animé :

Enfin, on rassemble ces objets dans les différentes scènes, puis on anime leurs mouvements ainsi que les mouvements de la caméra, on crée des éclairages.

Le reste est essentiellement le travail de l’ordinateur qui va rendre toutes les images de la vidéo. Ha non, il reste une petite étape, rassembler les images dans un séquenceur vidéo et ajouter la musique et les bruitages !

Pour cette vidéo il y avait un défi en plus, votre équipe souhaitait avoir cet effet avec la goutte de sang qui tombe sur la carte et se transforme en logo Crimes. Pour le réaliser il a fallut animer la texture de la carte, vous pouvez voir ici un WIP du logo animé :

Pour ajuster le mieux possible l’impact de la goutte avec le logo animé, il a enfin fallut aller peindre, image par image, le moment de l’impact (soit une petite dizaine d’images).

Pour ceux que ça intéresse, les logiciels qui ont été utilisés sont Blender (pour la 3D et le séquençage vidéo) et Natron (pour l’animation en 2D du logo). Il s’agit de logiciels libres, si vous en avez le courage vous pouvez les télécharger gratuitement et essayer de faire pareil.

4/ Il semblerait que pour toi, le jeu de rôles ne se conjugue pas qu’au singulier. Quels sont les projets que tu caresses actuellement ? J’ai entendu parler d’un hybride JDR et cinéma ?

C’est un peu la culture du festival Ludesco (de chercher à créer des expériences ludiques hors-du commun) qui déteint sur moi. Vous en savez quelque-chose, puisque votre équipe a crée l’hybride entre jeu de rôle sur table et jeu de rôle grandeur nature « un flot de sang pour une goutte d’or » créé par Pierre Bertin et Morgane Riou des Ecuries d’Augias, justement pour Ludesco.

Toujours dans cette idée d’expérimenter et croiser j’avais proposé de réaliser une animation hybride entre cinéma et jeu de rôle, ce qui a l’avantage de combiner mes deux passions.

Projet Helios, est un film de science fiction quasi normal, il ne s’agit pas d’un film interactif. Ce qui est interactif c’est le jeu qui encadre le film. En effet vous n’allez pas regarder le film comme simple spectateur, mais recevoir un rôle qui va vous projeter dans une intrigue ayant pour cadre la salle de cinéma et liée à l’histoire du film. Si le projet vous intéresse vous pouvez jeter un œil à notre crowdfunding  (bit.ly/wemakeit_projet_helios) ou à notre page facebook (bit.ly/fb_projet_helios).

Merci pour ta patience, et à bientôt sur nos antennes criminelles !

J’espère bien que nous aurons encore l’occasion de collaborer ensemble sur des projets passionnants !

Une histoire de carte, d’artiste favori et autre résumé des posts précédents

Aujourd’hui on m’a demandé de faire de la pub sur ce blog. Ayant une morale toute relative et comme c’était demandé gentiment par Akae, dont je vous avais parlé ici, et d’autre connaissances à moi qui ont aussi bossé sur le projet j’ai choisis de le faire.

Le projet en question c’est la cartographie de tri-kazel. Un supplément pour les ombres d’esteren, magnifiquement illustré par Akae. Voici quelques aperçus (utilisés avec la permission de l’auteur):

 

Bon, outre le fait que je sois jaloux quand on compare à mes cartes je dois reconnaître la qualité du travail.

Hors ce supplément a été nominé pour un Ennie award (best cartography). C’est un prix étasunien prestigieux dans le monde du JDR. Et il est décerné par le public.

Donc en fait ce que l’équipe me demandait c’est de vous motiver à vous rendre sur cette page, aller dans la catégorie “Best cartography” et donner le rang 1 à “Cartography of Tri Kazel“.

P.S. Akae si tu lis ces lignes, essaye de troquer ton photoshop contre un krita. Le logiciel est meilleurs pour l’illustration et il y a des gens trèèès sympathiques dans l’équipe dev (critique ici).

Bon, j’ai fais de la pub pour des copains mais j’ai quand même réussis à caser un lien pour mes trois derniers messages donc on va pas trop râler…

Carte du monde

Je sais pas vous, moi j’aime bien dessiner des cartes (en fait surtout imaginer ce qu’il y a dans les mondes que je dessine). Je me suis lancé sur celle-ci et je n’ai réussi à m’arrêter que lorsqu’elle était terminée…

Enfin, “terminée”, je penses éventuellement en faire d’autres variantes et aussi peut-être une version plus haute résolution (celle-ci est en A2, peut-être viser A1) ?

Bon, pour l’instant je suis assez satisfait, alors je vous la présente:

Le monde y est divisé en 6 grands pays: sud, centre, est, ouest, nord et grand nord.

Les royaumes du sud sont ceux des elfes du feux et du soleils. Ces gens sont assez discrets et vivent caché dans des cavernes (les températures élevées y sont sans doute pour quelque-chose). La plupart des pistes se sont effacées mais certaines caravanes marchandes circulent encore en direction du centre.

Le centre est le royaume des souris, et leurs vassaux chiens, lapins et passereaux. Un souris n’est pas impressionnant en sois, mais ils sont nombreux et bien organisés. Ils complémentent leur armée avec les chiens, brutaux mais obéissants, et une cavaleries montée sur passereaux qui leur assure la maîtrise du ciel. Les lapins apportent leur savoir faire pour cultiver efficacement et ainsi nourrir dans le royaume une population importante.

L’est est une terre mystique. Son territoire est partagé entre les forêts de brume, où les pandas roux ont élus domicile, Les collines noires, résidences, entre autres peuples d’oiseaux, des corbeaux et les rivages de cendre, au nord, ou se trouve le royaume des elfes gris.

L’ouest est un pays sauvage. Ses habitants, essentiellement des chiens de prairie mais aussi d’autre fées, forment des communauté nomade et pour le moins farouches. Certaines tribus sont également sédentarisée dans les collines rocheuses. Par contre la forêt au nord n’est pas très fréquentable. On dit qu’elle est infestée de windigo.

Les royaumes du nord sont multiples, autant que les races qui y résident. Dans les grands bois se trouvent les territoires des rat, des loirs, des écureuils, des hiboux, des castors, des grenouilles et des elfes noirs pour ne citer qu’eux. Dans les montagnes de cristal vivent les derniers survivants du royaume des elfes de la lune, les dahus et surtout les dragons.

À la frontière du grand nord se sont installée les terrifiant harfangs, que même les dragons hésitent à défier. Au delà vivent, dans la taïga, les fées blanches (renards et belettes). Sur la péninsule est les loups-garous, intrigantes créature mis-fée, mis-elfes, et capable de prendre l’apparence des deux, ont construit leur ville et leurs villages. Enfin les elfes blancs se sont installés sur les îles du grands nord.

Au delà se trouve l’océan de glace, et les secrets qui se cachent dans les montagnes englouties…

Comment survivre à un passage sur Krita…

… et finir par réaliser un rêve ?

Pour ceux qui ne savent pas, Krita est une application de traitement d’image issue de l’ecosystème linux-kde. Ces dernières années, Krita génère un enthousiasme grandissant et a été portée depuis linux sur windows puis osx. L’application vise en premier lieu les illustrateurs et concept artists ou, plus généralement, “tous ceux qui souhaitent créer des images à partir d’une feuille blanche”. Mais le logiciel a sa philosophie bien à lui et pourra déstabiliser ceux qui souhaitent migrer depuis gimp, photoshop ou un autre concurrent.

Comment j’ai survécu à ce passage ?

En 2009, quand je me suis tourné vers le bureau linux, j’étais déjà habitué à gimp et c’est le logiciel que j’ai choisi pour la plupart des traitements d’images raster. Linux avait aussi certains programmes qui lui étaient propre, par exemple Krita. Mais, à l’époque, aucun n’arrivait au niveau de gimp.

Et en 2011, j’ai reçu ma première tablette wacom, livrée avec corel painter. Ce dernier ne fonctionnait pas sous linux. J’ai préféré me tourner vers mypaint (gimp ne gérait pas très bien les tablettes). J’ai travaillé de nombreuses années sur mypaint. Le logiciel est simple mais offre l’essentiel des fonctions pour la peinture numérique. Il se prend en main sans problème et “donne bonne conscience” (il n’a que des outils de dessin et pas d’outils de transformation/sélection, ainsi que les filtres, que certains voient comme de “la triche”).

J’ai aussi, durant ces années, ré-essayé Krita une fois (quand j’ai appris qu’ils y avaient incorporé le moteur de brosse de mypaint). Le logiciel s’était déjà considérablement amélioré (en fait les porteurs du projet l’avaient crowdfundé pour accélérer le développement, mais je ne l’apprendrai que plus tard).

Le logiciel était déjà bien meilleur, mais pas encore vraiment à mon goût. Je suis retourné sur mypaint après avoir fais cette seule illustration:

Pendant ce temps, mes projets se développaient, comme par exemple un certain JDR, et avec eux certains besoins. Krita avait dans sa manche un atout qui allait être déterminant: la gestion des couleurs.

En effet, pour imprimer le jeu dans de bonnes conditions, il fallait préparer des fichiers en cmjk pour les envoyer à l’imprimeur. Le support du cmjk a toujours été minimal sur gimp (via un plugin assez mal-pratique je dois avouer). Il existait dans scribus, que je comptais employer pour la mise en page, mais il fallait un éditeur raster à même de préparer les fichiers… Krita.

J’ai donc donné à Krita une troisième chance, et la bonne.

Le programme avait avancé à un rythme considérable et depuis quelques mois je ne peux plus m’en passer. La transition ne s’est néanmoins pas faite sans peine, voici les bonnes et mauvaises surprises qui vous attendent:

Capture du 2016-05-28 22-14-24

De prime abord, une série de bonnes surprises:

  • la gestion des couleurs. Krita gère les modèles rgb, cmjk, xyz, YCbCr et La*b* en 8, 16 et 32 bits.
  • Krita est compatible avec le xcf de gimp et le ora de mypaint. Je n’ai eu aucun problème à migrer mes anciennes données. Pour les amateurs de photoshop, sachez que Krita gère aussi les images psd.
  • Krita supporte l’édition non-destructive via des masques de filtrage ou de déformation. Soit dit en passant le système de calque de Krita est certainement l’un de ses atouts majeurs. Entre le quick masking, une liste de mode de fusion qui fait rougir tous les concurrents, l’édition non destructive et surtout…
  • …oui, les calques vectoriels. Krita est à la fois un éditeur raster et un éditeur vectoriel.
  • Des outils de transformation en avance sur ceux de gimp (liquify, cage transform et lattice transform).
  • des brosses fonctionnant aussi bien que celles de mypaint (et un bon support de ma tablette).
  • Et de nombreuses autres bonnes surprises, par exemple de nombreux sélecteurs de couleur, dont même un “image de référence” qui permet d’afficher une image et de s’en servir à la fois comme modèle et sélecteur de couleurs. Ou aussi les multibrosses, un outil qui ravira les amateurs de mandalas.

Bon, une fois les bonnes surprises passées les mauvaises ont commencé à arriver. Sous son apparence très proche de photoshop, Krita en réalité cache une pilosophie très différente. Et le passage depuis gimp ne se fait pas sans heurt. Voici les pièges et comment les éviter (enfin, de mon point de vue).

  • Les sélections. Ici gimp et photoshop sont encore largement devant Krita. C’est même pour cette raison que je déconseille Krita aux photographes (l’équipe elle même reconnaît que Krita n’est pas adaptée pour le traitement photo). La liste d’outils est restreinte, vous ne trouverez ni ciseaux intelligents, ni extraction du premier plan. Pire, les outils rectangles et cercles ne permettent pas le redimensionnement… Pourtant quand on regarde un peu sous la surface tout devient logique.

En réalité, là où corel photo paint, gimp et photoshop stockent les sélections dans des canaux, Krita les stocke dans… des calques.

La première astuce à connaître absolument est “Show global selection mask”. Cette entrée du menu sélection vous permet de faire apparaître, en haut de votre pile de calque, celui qui contient votre sélection. Vous pourrez ensuite utiliser les outils de transformation et/ou les brosses dessus pour éditer votre sélection.

Mais il y a plus, Krita gère des calques raster ou vectoriel… he bien c’est aussi le cas des sélections. Dans le menu select, utilisez “Convert to vector selection” et vous pourrez modifier votre masque de sélection comme un calque vectoriel.

Enfin la dernière particularité des sélections dans Krita sont les “local selections”. Globalement cela vous sert à attacher une sélection à un calque en particulier pour pouvoir la réactiver par la suite à la volée… mais uniquement pour ce calque. L’idée étant sans doute qu’une sélection concerne toujours un calque en particulier ? Pour l’instant il n’y a pas moyen de sauver vraiment globalement une sélection. Un workaround est d’avoir un dossier comme unique calque racine et de lui attacher des sélections locales qui deviennent de facto des sélections globales.

Les sélections locales peuvent même influencer les masques de transformation et filtrage, qui se mettront à jour quand la sélection locale qui leur est associée sera changée.

En claire une philosophie très particulière et qui mérite quelques améliorations, mais avec de l’autre côté de très bonnes idées.

  • Absence de guide, cela a été corrigé depuis mais il faut savoir que jusqu’il y a peu Krita ne proposait pas de guide… Krita proposait des drawing assistants. Késako ? Ce sont des objets vectoriels qu’il est possible d’afficher sur l’espace de travail tel que règles, grilles, grilles en perspective ou encore points de fuite ou ellipses. Il est même possible d’y magnétiser les outils de dessins.

Si ces outils sont parfais pour le dessin pur. Quand on veut créer des bandes dessinées en combinant les capacités raster et vectorielle de Krita, ils montrent vite leurs limites.

La bonne nouvelle c’est que la v3.0 qui sort aujourd’hui corrige cet oubli. Vous pouvez dorénavant ajouter des guides à votre image ! (Soit dit en passant l’équipe de Krita est super sympa, à l’écoute des besoins des utilisateurs et fait un travail formidable au vu de leurs faibles moyens).

  • Les outils sont finalement assez différents de gimp et photoshop. Pas de goutte ou de tampon! Pas d’éclaircissement ou d’assombrissement ! Juste des outils pinceaux, ligne, polygone, courbe et multi-brush.

Même pas de gomme en fait… car toutes ces options se trouvent dans les brush-engines.

Les brush engines sont une sorte de barre d’outils cachée dans le panneau de configuration des brosses. Il y en a de toutes sortes, dont le fameux cloneur, des outils de barbouillage, filtrage, décrassage avec plus d’options que vous ne pouviez en rêver. Pour ceux qui ont peur de s’y perdre de nombreux presets ont été configurés pour vous et des pack de brosses sont disponible au téléchargement.

Capture du 2016-05-29 08-20-00

  • Un nombre réduit de filtres. Krita n’a pas autant de filtre à dispositions que gimp. Une autre raison pourquoi il n’est pas forcément recommandé pour les photographes.

Krita offre quand même l’accès aux filtres gmic (dont inpainting, make seamless, … ), mais ces derniers  ne peuvent pas être utilisé en mode non-destructif. Et il manque des filtres tel que liquid-resize qui sont présent dans gimp, photoshop, …

Ici rien à faire, il faut employer un autre logiciel. Sous linux, gimp ou digikam sont sans doute les meilleurs choix.

Le développement continue, la dernière version est désormais capable de gérer les animations en image par image. Si cela vous intéresse jetez donc un œil au kickstarter

Dernièrement Krita m’a même permis de réaliser un rêve (je vous dirais, un de plus)… allez, vous avez lu jusqu’au bout, vous méritez de le savoir. J’ai rejoint l’équipe de développement pour travailler sur une feature qui, je l’espère, pourra être intégrée dès la 3.1. Et après ? J’espère bien pouvoir continuer à donner un peu d’huile de coude pour ce projet qui en vaut vraiment la peine.

Capture du 2016-05-30 12-33-49

Et ceux qui trouvent que je ne dessine pas assez, sachez que je suis d’accord avec vous. Mais je vous promes que dès la semaine prochaine (quand mes cours sont terminés), je rattraperai ce retard !

Let’s get inspired

Quels sont les peintres et illustrateurs qui m’inspirent, la question mérite d’être posée ne serait-ce que comme un prétexte pour vous montrer certaines de mes illustrations favorites qui ne sont pas de moi.

Alors commençons par:

Loïc Jouannigot

http://www.bedetheque.com/parabd-auteur-17392-BD-Jouannigot-Loic.html

J’apprécie énormément sont style en général et plus particulièrement l’architecture de ses maisons. En plus mon premier manuel de peinture était bel et bien “la leçon de peinture” de la série “La famille Passiflores” (par Guenièvre Huriet et illustré par lui).

Manet

http://monpayslahauteprovence.blog50.com/files/La_pie_Monet_1869_blog.jpg

Je suis passionné par l’impressionnisme, auquel je dois beaucoup pour le développement de mon style. Et parmi les peintres impressionnistes je penses que Manet est celui que je préfère.

Bon, il ne fait pas partit du “vrai” courant impressionniste, il s’en détache même par bien des aspects. Mais c’est bien en faisant des recherche et en collectionnant les livres sur l’impressionnisme que j’ai appris à connaître son œuvre.

John Avon

http://johnavonart.com/

Ceux qui on joué à Magic l’assemblée le connaissent sûrement, vu que c’est l’aspect le plus connus de son travail. Personnellement je suis séduit.

 

John Howe

http://www.john-howe.com/portfolio/gallery/

Tiens, encore un John ? J’espère que vous comprendrez pourquoi cette illustration est ma préférée.

Je pourrais longuement étendre cette liste, je referai sans doute un billet sur le sujet. Mais permettez moi néanmoins de conclure avec…

Akae

http://shosuroakae.wix.com/sanfilippo

Que j’ai la chance de connaître et même d’avoir travaillé sur certain projets avec lui (comme programmeur, malheureusement pas en tant qu’illustrateur ^^). Sérieusement j’aime ses dessins et le fait qu’il s’affirme avec un style bien à lui.

Red like a rose

Bon, j’avoue, je préfère largement le bleu au rouge. Oui, je sais, c’est très caricatural un garçon qui aime le bleu mais je vous rassure c’est de famille, même mes sœurs aiment le bleu et… enfin bref je m’égare.

J’aime le bleu disais-je et pourtant ceux qui me suivent sur facebook ou google+ auront eu l’occasion de voir passer beaucoup de peintures rouges. Exemples:

 

 

 

Il s’agit d’un gros truc vous vous en doutiez, pour donner des indices à ceux qui souhaitent en obtenir ça a un rapport avec le mystérieux projet auquel j’ai déjà fait référence en présentant quelques WIP:

Je vous fais mousser ? Il va falloir sans doute attendre encore quelques jours pour plus de détails. Ce post je l’écris juste pour vous dire que la proposition de projet part au site de crowdfunding ce soir et, si tout va bien, la semaine prochaine je peux enfin vous montrer le clip que je garde en réserve.

Mais bon, vous l’aurez compris cela sera clairement dans une esthétique rouge… pourquoi rouge ? Parce que j’aime les défis, et créer un jeu “bleu” ça aurait été trop facile ^^

Hello world!

Comme on dit. Cela faisait plusieurs mois que j’avais envie d’un vrai blog à moi. Je viens enfin de sauter le pas. J’avais bien un ancien site statique qui traînait ici avant mais il commençait à vieillir. Et bien “le terrier du renard sous l’arbre de la chouette” le remplace dès à présent.

De quoi vais-je parler ici ? De graphisme, comme sur l’ancien site, mais aussi de jeu (surtout ceux qui se jouent autour d’une table) et même un peu d’informatique.

Et voici l’image que j’ai choisi pour le fond du site, qui remplace celle de l’ancien site

ImageNotLoaded
Bibliothèque

Et l’ancienne tant qu’on en parle.

Image not loaded