Sortie du nucléaire ? Oubliez la photo-finish !

Mes chers lecteurs devaient bien s’en douter : il semblait inimaginable que je ne prépare pas un petit “quelque chose” pour la campagne sur l’initiative des Verts pour une sortie programmée de l’énergie nucléaire. Tel était bien le cas et nous nous approchions de la publication quand Le Temps m’a sollicité pour leur proposer un texte pour lancer la campagne. Étant dans l’impossibilité temporelle de recréer quelque chose de complètement différent, j’ai choisi d’extraire le chapitre économique/financier que vous pouvez donc trouver soit dans la parution papier du Temps du samedi 22 octobre 2016 ou sur le lien ici. La version complète de ce chapitre sera ré-intégrée sur le blog après la fin de la campagne.

Mon choix s’était porté sur les aspects financiers, car cet argument ultime des pro-nucléaires se révèle dans les faits également faux.

Mais il reste bien sûr des choses importantes à dire comme par exemple sur les thèmes de la sécurité de l’approvisionnement, la gestion des réseaux, la qualité environnementale du courant consommé, les aspects juridiques, les risques, la fin de cycle d’exploitation, ainsi que les considérations morales. Faisons donc un petit passage en revue.

Fukushima Plant

Sécurité de l’approvisionnement

Pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Leibstadt et Beznau I ne fonctionnent pas à l’instant où j’écris ces lignes. Le manque en terme de volume se situe tout à fait dans le même ordre de grandeur que ce qui devrait être arrêté en 2017 (en arrondi 8500 Leibstadt + 2500 Beznau I ⇒ 11’000 GWh contre 2500 Beznau I + 3000 Beznau II + 3000 Mühleberg ⇒ 8’500 GWh). Et comme vous l’avez certainement remarqué, il n’y a plus d’éclairage la nuit et nous prenons tous des douches à 16°C!! Sans plaisanter, il ne peut y avoir le moindre problème car nous nous trouvons face à une surproduction au niveau européen provoquée par le coût artificiellement bas du charbon. En outre, rien que les projets solaires en attente pour l’obtention de la RPC permettraient de couvrir ce qui doit être arrêté.
En ce qui concerne le futur prévisible, de plus en plus de citoyens européens choisissant de se rendre partiellement ou totalement autonomes sur le plan énergétique, on peut affirmer avec certitude que la surproduction européenne n’ira qu’en se renforçant.

20150807_xl_P1010973_Erneuerbare_Energien_in_Oberstdorf_Photovoltaik-SolaranlagenExemple d’un village en cours de transition, source Molgreen

Gestion des réseaux

Vous l’avez forcément entendu une fois ou l’autre dans les débats sur la question énergétique “et comment garantirez-vous l’approvisionnement la nuit lorsque le soleil ne brille pas?“. Comme j’ai déjà beaucoup écrit sur la question, je vous propose de vous référer à ma publication « Comment démolir tout en faisant semblant de soutenir (ou presque) » où je traite assez profondément la question. Et pour vous donner juste un aperçu : sachez que le nucléaire souffre exactement du même problème mais symétrique. Une centrale atomique produit en continu et n’arrive pas à s’adapter à la demande. Dès lors, la nuit lorsque la vie économique ralentit fortement (les bureaux et les industries restent les plus grands consommateurs), la production devient totalement excessive et pose problème. C’est notamment pour cette raison qu’il existe des heures creuses la nuit et que l’on fait démarrer les chauffe-eaux électriques la nuit. En réalité, un réseau bâti sur une multitude de sources variées présente une bien meilleure résilience qu’un réseau dépendant pour 40% de centrales nucléaires vieillissantes pour rester modéré dans le propos.

Qualité écologique du courant fourni

Tant qu’à mentir, allons-y franchement!! Les promoteurs du nucléaire helvétique nous bassinent avec cette contre-vérité comme quoi le fait d’arrêter les centrales chez nous conduira à ce que nous importions du courant sale français (nucléaire) ou allemand (charbon). Or, ils le savent parfaitement, c’est déjà le cas maintenant, car nos barrages équipés en pompage-turbinage importent du courant bon marché la nuit pour le revendre plus cher en journée. Pour l’exprimer en chiffres, le courant électrique produit en Suisse se situe du bon côté du bilan carbone avec plus ou moins 10 gr de CO2 par kWh, mais par contre le kWh consommé s’élève lui à un très mauvais 100 gr/kWh.
La seule vraie réponse à cette interrogation légitime consiste à développer nos renouvelables indigènes, pas à s’obstiner dans une voie garantie sans issue.

Juridique

On entend souvent dire que, si une date de fermeture leur était imposée, les exploitants des centrales atomiques pourraient se retourner contre l’Etat et demander un dédommagement. Seule une profonde méconnaissance du contexte global peut conduire à croire une telle sottise.

En effet, avant que les propriétaires aient la moindre chance de gagner une procédure judiciaire, ils devraient démontrer avoir parfaitement rempli toutes leurs obligations et n’avoir aucune responsabilité dans la rupture de contrat. Or comme nous le savons au minimum le problème des déchets n’est pas solutionné de manière pérenne et sans même parler des risques manifestement sous-estimés.

Si par un extraordinaire tour de passe-passe juridique, ils arrivaient à réaliser une telle démonstration, il leur resterait à prouver l’existence d’un dommage. Les centrales atomiques suisses produisant actuellement à perte, démontrer un préjudice économique réel relève plus de la mission impossible que de quoi que ce soit d’autre.

Et même, si, contre toute attente, ils venaient à gagner, cela ne changerait paradoxalement rien du tout pour les citoyens qui sont aussi des payeurs dans le cas d’espèce. Comment ? Nous savons maintenant de manière certaine, que les coûts de démantèlement dépassent très largement les montants épargnés prévus pour cette opération oh combien essentielle. Exploiter lesdites centrales nucléaires encore quelques années n’est d’aucun secours pour les propriétaires puisque nous l’avons vu, ils produisent actuellement à perte et la situation ne risque pas vraiment de s’améliorer au vu des frais de maintenance grandissant sur des centrales largement entrées dans leur troisième âge.

Dès lors si un tel cas de figure, excessivement peu probable au demeurant, se présentait malgré tout, nous compenserions l’un contre l’autre et le résultat comptable net restera strictement le même.

Important : le point de dernière minute (voir à la fin du présent post) clôt cette question exactement dans le sens que je défends depuis le début de la campagne!

Risques

Les centrales nucléaires seraient sensées être les objets les plus sûrs que l’humanité n’aie jamais construit. Bon, un petit coup d’œil dans le rétroviseur et que voit-on ? Three Miles Island (USA) où même si au final aucune conséquence grave n’est survenue, on a frôlé une catastrophe majeure, Tchernobyl (Russie/Ukraine) où on n’ose plus compter les “bébés-monstres” qui naissent encore aujourd’hui, Fukushima (Japon) dont les conséquences ne sont pas encore complètement déterminées aujourd’hui mais graves avec certitude, ainsi qu’un nombre impressionnant d’accidents les plus variés dans les centrales elles-mêmes mais également dans toute la filière comme par ex. les usines de traitement de l’uranium ou autres (voir listes accidents nucléaires ici ). Et pour ceux qui seraient tentés de croire “qu’y en a point comme nous” et nos centrales à nous n’auront jamais d’accident, j’aimerais rappeler le cas Lucens qui lui aussi aurait pu tourner bien plus mal et nécessitera une surveillance continue de la radio-activité, entre autres de l’eau de la nappe phréatique, pour des milliers d’années.

Ceci étant rappelé, certaines conséquences ne relèvent pas du risque mais de la réalité glauque bien concrète pour les populations concernées. Les mines d’uranium notamment présentent ici un bilan sanitaire catastrophique. Lorsqu’on étudie par ex. le cas de la mine d’Arlit au Niger, on ressent une immense nausée. Les taux de cancer, notamment de la plèvre pulmonaire vu les contaminations par aérosols, explosent jusqu’à plus de 200 km de la mine et condamnent des milliers d’innocents à des morts lentes atroces. En achetant de l’uranium sur les marchés internationaux, nous devenons complices de ce crime à échelle industrielle, car, même si notre uranium provient d’une autre source (pas très propre non plus d’ailleurs), nous soutenons la demande mondiale qui pousse des groupes industriels sans scrupule à continuer cette exploitation.

Rappelez-vous l’histoire du secret bancaire, nous avons fait mine d’ignorer une réalité trop longtemps et cela a fini par nous exploser à la figure. Vous pouvez en être certain, un jour les descendants des populations victimes de nos agissements finiront par venir nous demander des comptes et l’addition promet d’être salée. Il est de notre intérêt primordial de mettre un stop à notre responsabilité dans ce domaine le plus vite possible.

Fin d’exploitation

Aujourd’hui plus personne ne devrait encore faire semblant d’ignorer que les coûts aussi bien de démantèlement que de gestion des déchets ont été totalement sous-estimés.

La meilleure preuve se trouve du côté de la France, notre grande voisine si fortement pro-nucléaire jusqu’à l’aveuglement. Et voilà que même elle par sa Cour des Comptes vient de reconnaître la sous-dotation des fonds destinés au démantèlement et traitement des déchets.

Rajoutez à cela que chaque année de fonctionnement supplémentaire creuse encore plus le trou financier, rien que cette raison pousse à conclure à la nécessité de stopper le plus vite possible l’hémorragie avant que cela ne devienne tout simplement trop grave.

Et l’éthique dans tout cela

On lit souvent cette magnifique pensée : ” nous n’héritons pas la terre de nos parents, nous l’empruntons à nos enfants”. Au vu de l’évolution de l’impact de l’être humain sur son milieu, on devrait peut-être encore compléter l’énoncé avec “et nous la volons à nos petits-enfants“.

Toute la question tourne autour de cet aspect, de quel droit nous permettons-nous de condamner les générations futures pour des milliers d’années à devoir gérer les conséquences de nos actes et ce alors que les alternatives existent ?

Il me semble entendre les voix qui disent “à chaque génération ses problèmes, nos enfants feront ce qu’ils voudront” . Et bien justement pas! Car nous leur imposons un problème lourd aux conséquences potentiellement mortelles, et ce alors même que nous n’avons aucune certitude que le savoir-faire nécessaire sera encore disponible. On l’oublie trop souvent, mais l’histoire de l’humanité est faite d’avancées spectaculaires et de reculs tout autant impressionnants. Les romains connaissaient les bains thermaux, le chauffage au sol, et un système politique assez proche du nôtre. 500 années plus tard, on se retrouve dans le moyen-âge profond avec un recul de civilisation absolument effrayant. Si nous pouvions remonter dans le temps et aller raconter l’histoire à venir aux membres du sénat romain au temps de Jésus-Christ, ils nous riraient au nez voire nous condamneraient pour hérésie. Et pourtant ….

Que feront nos descendants s’ils ne disposent plus de la technologie nécessaire alors que la masse de déchets que nous leur léguerons les condamnera à vivre l’enfer sur terre?

Non, définitivement non, notre attitude n’est moralement pas acceptable! Et l’opportunité unique qui nous est donnée aujourd’hui de changer cela, doit être prise résolument.

L’alternative existe-t-elle?

La liste des possibilités pour réaliser une transition énergétique bénéficiaire à la fois pour notre environnement ainsi que notre économie s’allonge jour après jour. Sans même descendre au niveau des détails, rappelons que nous pouvons gagner en efficience, produire grâce aux énergies solaires, éoliennes, géothermiques, mutualiser nos ressources avec nos voisins européens, …

Nous devons donc prévoir de remplacer à terme 35% de notre production d’énergie électrique. Selon ma publication citée dans la rubrique risque plus haut, nous pouvons facilement trouver 20% avec le photovoltaïque et plus encore à futur. L’éolien peut également nous apporter une contribution du même ordre (20%). Réhausser les barrages contribuerait à hauteur de 10-15%. Une politique volontariste dans l’efficience devrait contribuer à hauteur de 10%. (note : vous trouvez des auteurs bien plus optimistes, mais à mon sens ils ne prennent pas en compte correctement l’effet rebond). En bref, nous disposons d’un volant directement disponible de plus de 50% qui couvre sans la moindre difficulté ces 35%. Et encore, nous ne parlons même pas de l’excédent de production électrique européen qui pourrait lui aussi être mis à contribution.

Tout simplement dit, ma conviction profonde peut se résumer en celui qui ose encore mettre en doute la possibilité de réaliser une transition énergétique prouve en réalité sa mauvaise foi.

Dernière minute – Dernière minute

Selon publication du Sonntagszeitung de ce matin même (repris partiellement par la RTS ici ), un document confidentiel de la commisison de l’énergie du Conseil National montre qu’Alpiq cherche à se débarasser de ses centrales nucléaires à n’importe quelle condition.  On cite en particuliers le Président du Conseil d’Administration M. Jens Halder en ces mots (traduction libre de l’allemand) “J’ai en premier lieu offert nos centrales à EDF gratuitement. Cette offre a été refusée. EDF a elle-même plein de problèmes financiers avec ses propres centrales“. Il a également affirmé qu’Alpiq perdrait de l’argent pour les 10 prochaines années et n’avoir aucune visibilité sur ce qui viendra après.

Copie d’écran du Sonntagszeitung (cliquez sur la miniature et un nouvel onglet s’ouvre avec le texte lisible)

Screenshot from 2016-11-06 17-35-25

Ce fait nouveau devrait logiquement conduire à une acceptation massive de la sortie de l’énergie nucléaire, car il prouve à la fois la véracité des affirmations des initiants tout autant que les mensonges des opposants.

Conclusions

En général, pour toute question politique, il convient de réaliser une pesée des intérêts et on constate fréquemment que chaque variante offre des avantages mais aussi des inconvénients, des chances et des risques, des espoirs contre des craintes. Aujourd’hui la sortie structurée du nucléaire proposée à la population appartient aux rares exceptions qui confirment la règle. Continuer dans la voie sans issue de l’énergie atomique n’apporte que des inconvénients, sans espoir à l’horizon, et avec un risque infini à la clef.

Il faut espérer avec force que les mensonges des opposants, soutenus par une puissance de feu économique importante, n’induira pas la population en erreur une nouvelle fois.

Laurent-David JOSPIN

Remerciements : Giovanni, Amanda, Laurent, et Maika pour les précieuses relectures et autres coups de main

14 thoughts on “Sortie du nucléaire ? Oubliez la photo-finish !

  1. Yvan Perrenoud

    Atmosphère et océans se réchauffent de plus en plus rapidement…
    Il nous faut cesser de dévaster les forêts de la Terre, arrêter au plus vite TOUTES nos centrales thermiques (charbon, fuel, gaz), nos réacteurs nucléaires (chaque jour plus dangereux et chers / chauffant directement l’atmosphère -via les tours de refroidissement- ou les fleuves et les mers / générant au total – construction, maintenance, démantèlement, cycle complet du combustible, stockage et gestion des déchets, certains pendant des dizaines de milliers d’années – juste un peu moins de CO2 qu’une centrale au fuel), interdire l’utilisation des hydrofluorocarbones (HFC: 14.000 fois plus efficaces que le CO2 pour chauffer l’atmosphère) dans nos systèmes d’air conditionnés (réfrigérateurs), et REDUIRE DRASTIQUEMENT nos émissions de gaz à effet de serre MAINTENANT, avant que la nature ne se fâche sérieusement. Nous n’avons pas de planète B.
    Je vous propose deux nouvelles hydroliennes semblables qui nécessitent peu d’infrastructures et peuvent fonctionner en mer et en rivière. Grand potentiel en Suisse et dans le monde, supérieur à celui des éoliennes.
    https://www.facebook.com/pages/Turbine-hélicoïdale/247999201961048
    Regardez les dessins, vous comprendrez.

    Reply
  2. Florent Gaillard

    Cher Monsieur Jospin,
    Et pourquoi le stockage batterie n’est-il pas plus évoqué dans le débat ?
    Le stockage est le grand gagnant des appels d’offre National Grid au Royaume Uni, en pleine expansion au Etats-Unis et au Canada, en développement en Allemagne, en Chine…
    C’est une excellente combinaison avec le Photovoltaique, à l’échelle des maisons il permet de prendre le relais sur les RPC, et de consommer son propre courant, et à l’échelle des réseaux de s’assurer d’un approvisionnement stable et qualitatif.

    Reply
    1. admin Post author

      Bonjour,
      Merci pour votre participation. Vous avez effectivement raison et ce tout particulièrement dans une optique de moyen terme. En effet, si on considère que la mobilité va migrer en mode électrique, nous allons nous retrouver avec une masse de batteries tout à fait encore exploitables dans le domaine de la consommation domestique mais plus pour les véhicules, qui pourront donc idéalement avoir une deuxième vie dans nos immeubles.
      Si vous lisez ma publication http://www.famillejospin.ch/ouvrirlesyeux/?p=1042 vous verrez que j’évoque quelque peu la question (tout en restant très prudent / conservateur pour ne pas prêter le flan à la critique).
      Si on observe l’évolution du marché allemand qui montre actuellement la voie en Europe (regrettable d’ailleurs, c’est la Suisse qui aurait dû jouer ce rôle!) on peut sans risque parier qu’à futur une part essentielle de notre consommation sera auto-produite, auto-gérée, et donc “auto-responsabilisée”.

      Reply
  3. Spring Véronique

    Certes, des alternatives peuvent et doivent être exploitées. Il y a une piste néanmoins qui n’est pas citée, c’est celle des économies d’énergie. Il y a encore beaucoup à faire dans ce domaine (les illuminations de Noël par exemple, toutes les machines en stand-by et autres).
    La construction pourrait construire davantage de maisons passives pour que les maisons consomment moins etc…. Il est temps de devenir innovants, de sortir des sentiers battus !

    Reply
    1. admin Post author

      Bienvenue!
      Vous avez entièrement raison! Quand je parle d’efficience, je pense notamment aux économies d’énergie ou autres innovations. Un exemple concret ? Nous avons imaginé et dimensionné une solution combinant une pompe à chaleur air-eau (donc sans géothermie) + des panneaux photovoltaïques dont 70% en toiture et 30% en façade conduisant à rendre plus performant sur le plan consommation d’énergie un vieil immeuble de 1870 qu’un bâtiment MinergieP d’aujourd’hui! Dernier minuscule obstacle en travers de notre route : obtenir ce satané permis de construire!
      Du coup, vous avez une deuxième fois raison : si nous voulons nous en sortir, il faut accepter de sortir des sentiers battus.
      Laurent Jospin

      Reply
  4. Seesoo

    Bien sûr, les centrales à fission nucléaire ne sont pas une bonne solution. Elle posent d’important problèmes, bien sûr. Cependant, dans une logique entièrement écologique, les centrales à charbon, à gaz et à pétrole sont nettement pire que les centrales nucléaires. ces centrales là dévastent réellement la terre de nos petits-enfants.
    Oui, il faut se débarrasser du nucléaire. Mais pas tant que l’ont brûle encore des hydrocarbures.
    Le jour où nous nous passerons de ses ressources, alors il sera temps de sortir définitivement du nucléaire. D’ici là, nos efforts (technique, financiers, sociaux) doivent être diriger vers les centrales à charbon, pas vers les centrales nucléaires. Et sortir du nucléaire nous obligerait certainement à importer de l’électricité, qui serait elle-même produite avec des fossiles ou de l’uranium.
    Il faut laisser le temps aux scientifiques et aux ingénieurs d’améliorer les sources d’énergies renouvelable, ou d’en créer d’autres (fusion). Dans 17 ans, comme le prévoit le conseil fédéral actuellement, il sera largement assez tôt pour se séparer définitivement de l’uranium.

    Reply
    1. admin Post author

      Je comprend votre réflexion, mais selon moi elle fait l’impasse sur plusieurs points cruciaux dont A. la gestion des déchets dont la masse augmente au fil des années d’exploitation, et B. les risques qui ont été manifestement sous-estimés et même largement au vu des accidents.
      Par contre, vous avez tout à fait raison, il est important de réduire la consommation de charbon (en toute priorité).
      La bonne nouvelle est qu’il possible de faire les deux sans aucun problème. Il suffit de le vouloir. Et cerise sur le gâteau, c’est bon pour l’emploi local, car la part de valeur ajoutée non délocalisable est justement la plus importante dans les ENR.

      Reply
  5. Pingback: Sortie du nucléaire ? Oubliez la photo-finish ! ht… | Guytchka's Blog.

    1. admin Post author

      Bonjour, merci de m’avoir référé sur votre propre blog, dont j’aime beaucoup la maxime, malheureusement si eaxacte.

      Reply
    1. admin Post author

      A noter que le coût total se décompose en 2 volets, dont I. le démantélement proprement dit, II. la gestion des déchets à long terme. A mon avis le volet II. est encore sous-estimé, mais cela reste une opinion personnelle

      Reply
  6. Maxime

    Bonjour, intéressant article ! A titre personnel, la raison pour laquelle j’ai voté “oui”, en tant qu’habitant du Seeland (20 km à vol d’oiseau de Mühleberg), est le risque statistique d’accident. On peut faire toutes les expertises du monde, avoir les meilleurs ingénieurs sur la question ; le problème est que des infrastructures existantes ont une probabilité d’accident augmentant dans le temps. Du coup, j’aurais pour ma part appuyé sur cette question pendant la campagne : “Acceptez-vous de prendre le risque statistique d’avoir un accident nucléaire sur une des régions les plus densément peuplées d’Europe ?”. Car en cas de pépin, la Suisse telle qu’on la connaît disparaît. On n’a pas le même luxe que les grands pays européens, qui peuvent se permettre de construire des centrales dans de grandes étendues inhabitées (ou peu).

    Reply
    1. admin Post author

      Bonjour, vous avez effectivement raison sur l’aspect de la croissance du risque avec le temps. Malheureusement, il semblait qu’une majorité de la population n’était pas prête à entendre ce message.

      Reply

Leave a Reply to Spring Véronique Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>