Monthly Archives: May 2019

Crowdfunding et autoroute solaire

La finance moderne s’est construite au fil du temps et pour une part importante en réaction à des événements subits et inattendus. On peut citer par exemple la faillite de la banque Lehman aux USA, qui a failli lancer une réaction en chaîne évitée de juste et a conduit à l’adoption du concept “too big to fail”.

Les règles en question présentent assurément quelques vertus, mais en revers de la médaille elles amènent également une lourdeur, notamment bureaucratique, créant des difficultés pour les projets sortant quelque peu des “cases habituelles”

La plupart des grands projets historiques du passé ne pourraient vraisemblablement plus se réaliser aujourd’hui, ou tout au moins pas de la manière dont ils avaient été réalisés à l’époque, car plus finançables. Et on peut penser aussi bien à la découverte des Amériques qu’à la réalisation de nos barrages helvétiques.

Toujours avec l’idée de vous laisser apercevoir un bout du futur, voici encore un tronçon en cours d’étude du fameux projet A4-KW devant suivre le démonstrateur de Fully :

autoroute-knonau-renders-images-5.4

C’est ce genre de réalisation qu’il devient complexe de financer pour la première fois.
(note : la paroi anti-bruit est pré-existante et n’appartient pas à notre solution)

La nature ayant horreur du vide, un mécanisme s’impose progressivement pour pallier à ce manque : le crowdfunding.

On peut d’ailleurs souligner que le crowdfunding tel que nous le connaissons aujourd’hui sur des plateformes informatiques les plus diverses n’est que l’aboutissement d’un mode de financement ancestral souvent déployé dans des communautés soit faibles soit malmenées. On peut citer en exemple la communauté émigrée chinoise en Europe au début des années 1960 qui n’avait à peu près rien, mais qui par un mécanisme de solidarité intelligent a réussi un décollage économique de première force.

Tong Xiang Hui

Le Tong Xiang Hui en traduction littérale : association de même pays natal.

A la base, un projet tel que le notre peut trouver son financement via les canaux suivants :
- institutionnels type caisse de retraite souhaitant un rendement pas trop élevé mais ultra-stable sur le très long terme,
- fonds bancaires type emprunt,
- ICO discuté dans le post du 6 mai 2019 ici,
- crowdfunding ,
- programmes de subventions étatiques verts et/ou de soutien à l’innovation,
- prévente de la production électrique.

Les institutionnels nous tiennent en général un des deux discours suivants : “votre concept est génial, dès que vous en avez réalisé un, nous finançons les suivants …” ou “amenez une part de financement complémentaire assimilable à des fonds propres et nous vous suivons“.

Dès lors, envisager un financement partiel par la foule devient une option qui ne peut être négligée et peut servir de formidable accélérateur pour le projet.

Pour ne pas enfreindre les lois financières, nous devons soit nous tenir à l’écart de la vente de simples actions à l’attention du public soit nous faire accompagner par un institut autorisé à le faire. Par contre, nous pouvons proposer en toute liberté :
- la pré-vente d’une contre-prestation future (typiquement des tranches de kWh),
- de la vente de produits dérivés, aussi appelé goodies,
- la participation à la composante philosophique du projet.

La démarche crowdfunding ne se limite pas à chercher du financement. Associer le public à la démarche, permet de mieux appréhender les souhaits du plus grand nombre et contribue aussi à assurer la diffusion de la solution à une plus large échelle.

Il faut garder à l’esprit que le Solar Highway Project de Fully possède aussi comme objectif d’être un démonstrateur et que donc le vrai but visé était, reste et sera de remplacer à une échelle mondiale des centrales nucléaires et/ou à charbon.

Le processus peut être assez joliment visualisé. Nous vous proposons cette variante pour illustrer le propos de ce post :

crowdfunding-banner-sunPour rappel, si vous souhaitez être informé du lancement de cette démarche de crowdfunding, c’est ici qu’il faut s’inscrire : http://www.energypier.ch/index.php/fully-ch-project-overview/crowdfunding-and-equity/
Et pour répondre à une question récurrente : nous ne partageons pas vos adresses courriels avec quiconque

Le prochain article apportera un éclairage sur le concept fondamental du Solar Highway Project, à savoir la permaculture de panneaux solaire.

La série d’articles sur notre Solar Highway Project se décline maintenant comme suit :
- Introduction à la série ici,
- Liens avec la blockchain,
- Crowdfunding et autoroute solaire (vous y êtes justement),
- Permaculture de panneaux solaires,
- Nouveau : Autoroute solaire et durabilité,
- et d’autres encore à suivre …

En me réjouissant d’échanger avec vous prochainement …

Laurent-David JOSPIN

De l’autoroute solaire et ses relations inattendues avec la blockchain

Résumé : Dans ce post, nous continuons de vous informer sur nos réflexions en cours dans le cadre du projet “Solar Highway” et plus précisément des liens croisés entre la blockchain, notre futur énergétique, et bien évidemment notre projet d’autoroute solaire.

Très accessoirement nous vous donnerons, peut-être, l’opportunité de devenir millionnaire gratuitement, mais sans garantie cela va de soi.

L’article précédent vous avait annoncé notre sujet du jour : la blockchain comme option possible pour financer totalement ou partiellement des tronçons d’autoroute solaire.

Par quel cheminement tortueux en sommes-nous arrivés à voir un lien entre notre projet et le monde des cryptomonnaies ?

Il se trouve qu’un projet anglais connu sous le nom du KWATT a attiré notre attention, car il avait levé exactement la somme dont nous avons besoin (et en plus, pour un projet sincèrement non comparable avec le notre en terme de durabilité, au minimum au moment de la levée de fonds) et de surcroît avec une facilité déconcertante via une émission de cryptomonnaie.

De là à imaginer possible de financer le Solar Highway Project via une émission de token ou quelque chose de ce genre, il n’y a qu’un pas que nous avons allègrement franchi avec mon équipe.

sunset-cripto-bicoin-2

Mais voilà le temps où n’importe qui, en faisant n’importe quoi, n’importe comment, levait n’importe quelle somme est bien révolu. Aujourd’hui la majeure partie des ICO échouent. Ce fait pris en compte, nous sommes arrivés à la conclusion que seul un partenariat avec un acteur réellement performant/compétent sur le créneau justifierait d’engager du temps et des ressources sur cette voie.

Les partenaires potentiels rencontrés se tâtent encore. Le problème se résume en peu de mots : les vraiment bons, débordés de sollicitations, se concentrent sur les gains immédiats facilement réalisables et hésitent à investir avec nous. Les perspectives exceptionnelles à moyen/long terme de notre projet poussent d’un coté, tandis que l’effort à fournir immédiat entraîne à regarder de l’autre.

Mes compétences personnelles en blockchain ne dépassant pas vraiment la compréhension des principes généraux, j’avais pris la décision ferme de pas engager notre équipe seule sur cette voie, soit un partenaire du monde crypto au niveau du projet Solar Highway s’engageait avec nous, soit nous renoncions à cette piste.

Mais voilà un article dans Science & Vie de mars 2019 sur le thème de la consommation électrique générée par la blockchain a montré que la relation allait clairement dans les deux sens : Oui la blockchain pourrait éventuellement être une solution de levée de fonds pour le Solar Highway Project, mais de l’autre coté les besoins énergétiques prévisibles de la blockchain nécessitent impérativement la mise en place de moyens de productions d’énergie propre à une échelle telle que notre solution semble parfaitement taillée pour y répondre

Dans le cadre du droit de citation, voici le scan de la première page de l’article ci-dessus :

science vie blockchain énergieAu surplus, vous êtes encouragés à vous le procurer (site de Science&Vie ici : https://www.science-et-vie.com/ ) ou éventuellement à aller le consulter dans votre bibliothèque municipale préférée.

Du coup, j’ai commencé à investiguer un peu plus ce monde des cryptomonnaies et autres blockchains. Les experts du domaine s’amuseront certainement beaucoup d’apprendre ma surprise lorsque j’ai découvert le phénomène des distributions gratuites.

Voilà bien quelque chose de totalement contre-intuitif : des porteurs d’un projet (créer une nouvelle cryptomonnaie, un outil basé sur la blockchain, etc etc ) et donc souhaitant lever des fonds, commencent par donner gratuitement un nombre, souvent important, des monnaies ou autres jetons aussi appelé token au public.

Bien sûr, il existe une explication parfaitement rationnelle. Et à nouveau celle-ci trace un certain parallèle avec notre projet Solar Highway !

Dans les démarches évoquées dans l’article précédent, nous avons mentionné le crowdfunding. Alors voici notre dilemme le plus douloureux : pour le démonstrateur à Fully du Solar Highway, nous pourrions sans doute relativement facilement trouver le financement via l’émission d’un grand nombre de petites actions, car vu l’attrait de notre projet et la prise de conscience de l’urgence de décarboner notre économie, il est presque certain qu’un nombre suffisant de petits porteurs souhaiteraient devenir co-actionnaires et le projet serait ainsi financé.

Mais voilà, une telle démarche tombe quasiment à coup sûr sous le coup de la loi. En effet, le législateur assimilera le processus à de l’appel à l’épargne (privilège des banques) et/ou à de la vente de produit financier sans autorisation de mise sur le marché.

Voilà pour la problématique de base, et nous nous étendrons plus sur le crowdfunding dans le prochain post.

Pour revenir à la question des ICO, les porteurs d’un projet “crypto” rencontrent globalement la même difficulté. Tant qu’un objet à caractère essentiellement financier n’existe pas encore, toute tentative de le faire souscrire contre payement à un nombre indéterminé de petits porteurs tombe également sous le coup de la loi presque obligatoirement. Or, pour fonctionner respectivement devenir une réussite un système crypto doit impérativement présenter une liquidité significative. Dans certains cas, il est possible de réaliser l’émission de token contre un droit non assimilable à un produit financier (presque comme dans le crowdfunding ci-dessus, ex le bitcoin pour lequel vous recevez des BTC contre le travail de minage) et dans d’autres pas. Dans ce deuxième cas, la distribution gratuite “e-coins” ou autre token devient une solution élégante pour lancer l’écosystème du projet.

En effet, prenons l’exemple théorique d’un groupe de personnes voulant lancer un projet de token donnant droit à un part de quelque chose (non déterminé ici, mais on peut par exemple penser à une solution facilitant l’e-commerce) devant exister essentiellement par la liquidité des token. Si le groupe en question décide d’émettre 1 M de token et les propose un prix quelconque (disons 1.– le token), comme ils n’ont aucune liquidité à la création, ils n’ont conséquemment qu’une valeur spéculative sur les perspectives futures. La réussite de l’opération semble donc bien incertaine d’une part, et en outre, à moins d’être assimilé à une banque et enregistré comme tel auprès de l’autorité de régulation des marchés financiers de chaque pays dans lequel la promotion du nouveau e-coin est réalisée, la démarche sera sanctionnée par l’autorité mentionnée.

Par contre, si le même groupe décide de créer non pas 1 M mais 2 M et donner ce deuxième M dans le cadre d’une distribution gratuite à un nombre élevé de personnes, il évitera l’écueil juridique (il est toujours permis de donner!) et il créera spontanément un écosystème dans lequel certains bénéficiaires vont décider de revendre assez vite leurs tokens reçus gratuitement et d’autres au contraire voudront capitaliser sur le montant initial reçu en achetant des parts complémentaires. Il “suffit” ensuite que le token en question ait une vraie utilité pour créer une hausse de la valeur et partant garantir la réussite du projet.

Au stade actuel, il semble à peu près certain que le financement du Solar Highway Project à Fully ne se réalisera pas avec une part de blockchain. Toutefois, on peut raisonnablement penser que cela deviendra le cas pour les tronçons ultérieurs. Il deviendra impératif que notre équipe augmente ses compétences en blockchain, car à trop dépendre de partenaires externes pour des sujets stratégiques, on prend des risques fondamentaux d’une part, et non clairement identifiés d’autre part, la combinaison des deux facteurs étant strictement insupportable au sens premier du terme.

Vous l’avez compris, pour préparer le futur, j’ai commencé de m’investir un peu plus dans l’étude du monde crypto.

La création d’une nouvelle crypto ou token passant par cette phase ICO, il vaut la peine de concentrer ses efforts sur la compréhension des divers mécanismes impliqués. J’ai donc décidé de sélectionner une dizaine de distributions gratuites et y participer pour prioritairement gagner de l’expérience.

Bien évidemment, votre rédacteur préféré reste toujours le même, totalement convaincu de l’urgence de créer un monde durable entre autres. Le choix de cette dizaine de cibles se fera donc en mettant en avant quelques critères de base dont
a/ l’utilité réelle du nouvel écosystème prévu,
b/ l’absence d’effet délétères sur la durabilité générale,
c/ et nous exclurons tout système à visée purement spéculative.

Comme un nombre important des lecteurs pourraient être intéressés à participer aussi à l’une ou l’autre de ces distributions gratuites (cela a déjà commencé bêtement avec les relecteurs avant publication, donc on peut imaginer pour les lecteurs ….), il convient de préciser les points suivants :
- ces distributions sont gratuites dans le sens qu’aucune somme ne doit être payée pour obtenir les cryptos en question, mais un effort plus ou moins important est demandé dont au minimum inscription dans le monde de la crypto concernée, et éventuellement des démarches accessoires comme publier un lien sur vos comptes de médias sociaux, …
- ensuite les cryptos reçues ainsi sans bourse délier peuvent éventuellement prendre une valeur considérable (allez, on va tous souhaiter devenir multi-millionnaires), mais il se peut également que cela fasse plop et que la crypto disparaisse purement et simplement.

Pour mon cas personnel, il y a un but clair : gagner une meilleure compréhension de l’univers de la blockchain, et ainsi si les quelques heures (au total) que j’aurai investies ne donnent rien, cela ne me fera ni chaud ni froid car le sens initial de la démarche était autre.

Alors, voilà la première “distribution gratuite” qui a attiré notre attention :

Aussie Digital

Il s’agit d’un projet visant à faciliter le e-commerce pour des petits acteurs et donc rendre ceux-ci moins dépendants des mastodontes tels Amazon ou Alibaba. Il y a clairement une vertu sociale à ce projet en cherchant à renforcer les “petits” qui sont souvent pieds et poings liés face aux “gros” ou au minimum leur offrir une alternative. Je n’ai pas le temps de faire toute une étude prospective pour essayer de déterminer les chances de succès de cette démarche, mais au minimum le but visé correspond à un besoin et ne s’oppose pas frontalement aux valeurs défendues par ce blog.

Voici le lien pour ceux qui souhaiteraient s’intéresser à ce projet spécifique : https://www.aussiedigital.io/referral/laurentdavidjospin  (s’ouvre dans une nouvelle fenêtre)

Je vous tiendrai au courant de mes découvertes dans ce monde crypto, tout en sachant que cela reste un sujet secondaire et que mon/notre but principal demeure le décollage de l’autoroute solaire, si l’on ose ainsi s’exprimer.

Et puis pour rester dans notre sujet principal, voici cette fois une nouvelle image provenant du cadre de nos études pour le projet Knonauer Amt :

autoroute-knonau-renders-images-3 Le prochain article se rapportera au crowdfunding, et pour rappel vous pouvez vous inscrire ici http://www.energypier.ch/index.php/fully-ch-project-overview/crowdfunding-and-equity/ et vous recevrez les annonces du projet en priorité. Votre aide, même si elle se limite à relayer nos articles, fera la différence !

La série d’articles sur notre Solar Highway Project se décline maintenant comme suit :
- Introduction à la série ici,
- Liens avec la blockchain (vous y êtes),
- Dito avec le Crowdfunding,
- Permaculture de panneaux solaires,
- Nouveau : Autoroute solaire et durabilité,
- et d’autres encore à suivre …

En espérant que nous pourrons ensemble contribuer à un monde plus durable.

Laurent-David JOSPIN