Intégration architecturale photovoltaïque : toujours pas souhaitable !

L’article que j’avais rédigé en janvier 2014 sur l’intégration du photovoltaïque en toiture (sous entendu par opposition à la pose décollée ou ajoutée ou encore sur-imposée) génère, malgré les 4 années écoulées, une fréquentation de visiteurs assez étonnante. On parle ici en moyenne d’une bonne trentaine de visiteurs par semaine de manière presque non discontinue avec des bas vers une dizaine et des hauts à largement plus de cent.

Des échos variés me sont revenus en direct, mais visiblement les gens hésitent à s’afficher dans les débats techniques. Et puis, il y a quelques semaines (désolé pour le temps mis à répondre, mais un imprévu familial grave avec l’un de mes enfants a perturbé ma fragile organisation) Monsieur Jérémy Venetz s’est fendu d’un long commentaire tendant à démontrer que l’intégration n’était pas un choix aussi mauvais que ce que mon analyse cherchait à démontrer (son commentaire se trouve à la fin de l’article de 2014, soit ici).

Pour être franc, je ne suis pas convaincu par les arguments qu’il apporte, mais honnêtement un article générant à la fois un tel trafic (peut-être 10’000 lecteurs à ce jour), et dépendant fortement de l’évolution de la technique mérite une re-lecture critique de temps en temps.

Du coup, je profite du commentaire de notre visiteur et de la réponse que je souhaite lui apporter pour vous proposer une mise à jour de cet article essentiel à mes yeux dès lors que l’on veut bien mettre en relation les conséquences énergétiques, puis économiques, et enfin sociétales de contraintes légales imposées par des intérêts très (trop) partisans.

En préambule et puisque ce post sert donc de réponse au commentaire de Monsieur Venetz, il me semble approprié de signaler qu’une recherche sur internet montre qu’il apparaît comme chef de projet solaire chez Eternit, entreprise qui propose justement des solutions d’intégration. Il existe donc un certain conflit d’intérêt dans sa prise de position.

Screenshot from 2018-07-23 16-58-34

Pour démarrer, un petit rappel sur notre dépendance à une énergie abondante et bon marchée, nous en aurons besoin plus tard  :

Nous n’en sommes généralement pas conscient, mais toute notre société a été bâtie sur le principe d’une énergie quasi gratuite et illimitée.

Un certain Jean-Marc Jancovici a développé le concept d’esclave énergétique pour rendre palpable notre consommation effrénée. Vous pouvez trouver son article ici.

Et pour ceux qui veulent aller à l’essentiel, je vous propose juste l’extrait du champion du monde de cyclisme affrontant un grille-pain dans un combat dantesque.

Votre grille-pain vous battrait donc à place couture (à moins que vous ayez des cuisses encore plus impressionnantes que celles du Robert de la vidéo ci-dessus), mais imaginez juste un instant votre aspirateur ± 1’400 Watts = 2 “Roberts”, votre PC de gaming = “1 Robert”, votre cuisinière électrique = 6-7 “Roberts”, etc etc Bref, je ne sais pas comment vous trouvez encore un peu place pour votre propre lit avec cette pullulation de “Roberts” dans votre appartement.

Et encore, on ne parle ici que de votre consommation domestique, rajoutez seulement à ce qui précède votre part de consommation des infrastructures communes (pensez à l’éclairage publique, les écoles, les hôpitaux, l’entretien des routes, …) ou plus essentiel encore la disponibilité quasi illimitée de nourriture accessible sans effort dans les supermarchés et vous devez réaliser que nous usons et abusons de nos “esclaves énergétiques”.

En résumé, notre mode de vie incluant notamment toutes les prestations sociales que nous avons mises en place dépend totalement de la disponibilité d’une énergie ultra-abondante et hyper bon marchée.

Le corolaire se déduit de lui-même, chaque augmentation du coût de l’énergie va impacter notre mode de vie. Et c’est justement l’argument asséné comme une massue par les adversaires des énergies renouvelables : nous n’arriverons pas à encaisser la moindre hausse de l’énergie sans hausse du chômage, baisse des prestations sociales, ou autres diminutions de la qualité de vie. Comme vous le savez, mon blog défend justement la position que oui une transition énergétique est non seulement possible mais également indispensable pour préserver notre qualité de vie sur le long terme. Il faut toutefois laisser ceci à nos adversaires : Si on retient les mauvais choix pour le déploiement des énergies renouvelables, alors effectivement nous subirons des problèmes sociétaux potentiellement graves voir non gérables.

Ceci étant rappelé, que nous dit Monsieur Venetz (les “bullet points” seulement, merci de vous référer à son message pour le détail) ?

A. les installations intégrées se destinent prioritairement aux toitures refaites à neuf.

Bien, mais alors pourquoi toute une série de services d’urbanismes s’obstinent à vouloir imposer cette contrainte également pour des installations prévues sur des toitures existantes ???

Il est correct que la différence en terme de coût est sensiblement moindre sur un projet inclus dans une toiture conçue et faite pour la première fois (même si il reste une différence).

Par contre, l’argument sur la durée de vie se retourne contre Monsieur Venetz, car une toiture bien faite devrait durer 80-100 ans et les centrales PV ont une espérance de vie de 25 à 40 ans. Or, la reprise d’une installation intégrée alors que la technique a fortement évolué représente un vrai challenge pour ne pas dire grosse incertitude.

B. les installations intégrées profitent d’une subvention plus élevée.

Juste, mais … . Au demeurant, Monsieur Venetz a la correction d’admettre que ce différentiel de subvention ne couvre pas entièrement la différence de coût.

Maintenant, il faut être clair ! L’argent ne tombe pas du ciel ! Mais il est prélevé sur l’ensemble des citoyens et donc prélevé sur les circuits économiques avec comme résultat un coût de l’énergie plus élevé qui d’une part donne des arguments à tout ceux qui veulent freiner la transition énergétique et d’autre part, les grandes choses restant la somme des petites, impacte notre économie (pensez par ex. aux primes d’assurances maladies qui conduisent beaucoup de ménages de la classe moyenne inférieure à diminuer leurs loisirs voir pire). Un prélèvement n’est jamais indolore, il est toujours compensé ailleurs.

C. Les installations intégrées offrent une meilleure esthétique.

Subjectif ! On peut discuter pendant des heures et nous tomberons jamais d’accord, si vous aimez les blanches et moi les brunes (je parlais des bières bien sûr !), il n’y a pas d’argument factuel qui permette de trancher que l’une ou l’autre variante soit à préférer.
Vous argumentez qu’un nombre important de personnes trouve la variante intégrée plus jolie (notamment des architectes). Je peux vous répondre qu’il y a pas si longtemps les mêmes personnes ne voulaient pas entendre parler de panneaux solaires intégrés ou pas.

Les canons de l’esthétique évoluent.

Cette question de la soit disant esthétique supérieure n’en finissant pas de pourrir le débat du photovoltaïque (et en passant ralentit sa diffusion) des sondages ont été réalisés et il apparaît qu’à plus de 20 m seul un expert est capable de voir la différence entre une installation intégrée ou sur-imposée. Une association française le GPPEP (Groupement des Particuliers Producteurs d’Energie Photovoltaique) a réalisé le test suivant sur 250 personnes prises au hasard. 20 photographies d’installations sur-imposées et 20 autres intégrées étaient présentées et les personnes devaient déterminer le type de chaque installation. Le résultat parle de lui-même : moins de 10 % du public est capable de faire la différence.

D. Une installation intégrée peut produire autant qu’une installation ajoutée.

Pas d’accord !

En premier lieu, il faut savoir de quoi l’on parle : intégrée ou pseudo-intégrée.

Dans une installation intégrée, au sens où les services d’urbanisme l’entendent, l’espace résiduel entre les panneaux solaires et la toiture proprement dite est recouvert par une garniture de même nature que la ferblanterie de la toiture et ferme donc cet espace.

De plus, les mêmes services d’urbanisme s’attendent à ce que les modules solaires soit posés dans le plan même de la couverture de toiture principale.

Si ces deux contraintes sont effectivement respectées, il n’y a pas photo-finish, l’espace sous les modules solaires présente un faible volume et est clos.

Dans ce cas de figure, selon la localisation de l’installation, les températures régnantes, les conditions de vent, le type de modules installés, … le delta max d’efficience peut atteindre 50-60°C * 0.55 % soit 30 % et une moyenne de l’ordre de 20 % (le principe étant que le matin l’installation n’est pas encore monté en température de manière importante, mais que dès 11h environ un maximum de température est atteint et conservé presque intégralement jusqu’au coucher du soleil).

Si vous souhaitez l’expérimenter : lorsque vous êtes en vacances dans le sud, prenez une voiture bleue ou verte foncée, laisser la en plein soleil 30 minutes ou plus et poser la main sur le toit ! (Bon sans plaisanter cette fois, ne faites surtout pas cela, car si vous laissez la main trop longtemps vous risquez la brûlure au 2ème degrés !!).

Compter avec 15 % de perte dans ce genre d’installation semble assez raisonnable.

Une installation pseudo-intégré cherche à imiter une installation intégrée tout en dégageant des espaces de circulation d’air. On parle souvent ici d’intégration simplifiée. Ce type d’installation s’impose actuellement notamment en France vu la position des Monuments de France. Notre logiciel de calcul de rendement de centrale PV part de l’idée qu’il s’agit de ce type d’intégration lorsqu’on décoche la case “free-standing”.

Ici, nous obtenons une perte de production annuelle de 5.5 %, soit vraisemblablement des pointes de 10-12 % sur les mois les plus productifs.

Pourquoi ?

La ventilation, certes existante, ne se compare pas avec celle d’une installation décollée correctement planifiée.

Screenshot from 2018-07-15 14-59-09

Exemple d’intégration simplifiée – Source Voltoya

Dans l’exemple ci-dessus, l’installation serait donc “intégrée”, et il existe bel et bien une lame d’air, mais celle-ci est d’à peine 5 cm (moins qu’une demi hauteur de tuile) et comparable à un parcours d’obstacle, à comparer avec les 20 cm parfaitement réguliers d’une installation décollée standard. L’espace intercalaire entre les panneaux joue aussi un rôle. Dans une installation décollée, il existe un vide d’au minimum 1 cm et allant jusqu’à 2 cm selon le système de fixation entre chaque panneau, créant ainsi autant d’échappatoires pour la chaleur excessive. Dans l’exemple ci-dessus, on voit que les panneaux sont très proches d’être ajustés les uns aux autres (ce qui est d’ailleurs fréquemment le cas).

E. La durée d’un vie serait la même puisque la ventilation serait suffisante

Et bien non, la ventilation n’est pas suffisante. La preuve en un raisonnement simple : la production est péjorée d’au minimum 5 % (voir ci-dessus) dans le meilleur des cas, cette diminution provient d’une élévation supérieure de la température du panneau, dès lors le facteur de dilation thermique va s’appliquer et les efforts sur les soudures notamment (mais aussi le laminage) induit une fatigue mécanique supplémentaire, et ainsi obligatoirement un panneau intégré toutes choses restant égales par ailleurs vieillira plus vite.

Le Fraunhofer Institut en Allemagne a récemment posé l’évaluation que les panneaux solaires actuels avaient une espérance de vie de 40 ans. Cette affirmation se basait sur une configuration classique pour les allemands, c’est à dire en pose ajoutée ou libre. L’usine avec laquelle nous travaillons m’indique officieusement que les modules actuels posés en intégrés devraient tout juste pouvoir tenir 20 à 25 ans soit les termes des garanties actuelles. D’ailleurs les dites conditions de garantie spécifient très souvent ” … avec une aération suffisante … “, sous-entendu pour les modules intégrés les fabricants se gardent une porte de secours pour ne pas devoir assumer des cas de vieillissement prématuré. Potentiellement, c’est donc jusqu’à 50 % de perte !

F. Il n’y aurait pas de différence d’énergie grise entre les variantes décollées et intégrées.

Hummm.

Je peux entendre l’argument pour une installation conçue sur une toiture complètement nouvelle. Sur une toiture refaite à neuf, j’en suis déjà moins sûr, car lors de sa conception initiale l’intégration des modules n’a en principe pas été imaginée. Par contre sur une toiture existante, c’est manifestement faux. Le simple fait de déconstruire la toiture présente conduit déjà à une aberration environnementale.

Mais à mon avis le problème principal avec l’énergie grise du système doit être considéré sur son cycle de vie intégral et donc en incluant la fin de l’installation, ce qui nous amène directement au point suivant.

G. Monsieur Venetz admet que le problème de l’évolutivité et réversibilité est bien réel.

Merci à lui.

Sur ce, j’aimerais encore préciser ceci : il s’agit bien de 3 problèmes distincts dont a. maintenance, b. évolutivité et c. réversibilité.

a. La maintenance s’apparente à une loterie. Est-ce que les fabricants des composants ou des modules installés existent-ils toujours ? Et dans l’affirmative produisent-ils toujours les modèles retenus ? L’évolution technique ne s’arrête jamais, nous le savons tous. Globalement, le propriétaire d’une installation intégrée ne peut que “croiser les doigts” et espérer ne pas rencontrer une grosse difficulté car sinon cela pourrait bien signifier la fin de vie prématurée de l’installation. Dans son argumentaire, Monsieur Venetz n’a pas oublié de dire que le maître d’ouvrage d’une installation intégrée profitait d’une subvention bonifiée. Précisons alors ici que cela ne vaut pas pour la maintenance, qui coûte également proportionnellement plus cher.
b. Il ne faut pas planifier pouvoir faire évoluer une installation intégrée, ou alors à des coûts disproportionnés. L’évolution en taille (agrandissement de la centrale) correspond au cas de l’installation intégrée sur un toit existant que Monsieur Venetz lui-même considérait comme moins favorable avec en plus la difficulté de devoir déconstruire une interface d’étanchéité entre l’installation actuelle et la toiture puis garantir l’étanchéité entre l’ancienne et la nouvelle partie de la centrale. L’évolution technologique (vers des panneaux plus performants) tombe dans la catégorie de la maintenance. La probabilité que des nouveaux types de module s’adaptent sans difficulté relève de l’utopie.
c. Mais pour moi, le problème principal en lien avec cette question d’esthétique se situe toujours au niveau de cette réversibilité quasiment inexistante ou alors réellement très problématique. Si on veut préserver le bâti existant, il faudrait commencer par ne pas le déconstruire !! Dans mon article de 2014, j’annonçais un magnifique patchwork à venir d’ici une vingtaine d’année. Vu mes activités professionnelles, j’ai déjà connaissance de 2 cas de centrale PV intégrées ne fonctionnant plus dans un cas et de manière marginale dans l’autre et que les propriétaires concernés, au vu des coûts et du faible rendement économique, ne remettront pas en état.

H. Et ce dont Monsieur Venetz n’a pas parlé, les risques d’incendie accrus !

Si vous vous amusez à faire une recherche sur internet avec les mots clefs incendie et photovoltaïque, vous constaterez dans une importante majorité des cas l’implication d’installations intégrées . Il existe une bonne raison pour cela.

Si le panneau solaire chauffe, le petit boîtier à l’arrière du panneau avec les diodes peut chauffer encore bien davantage. Dans le cas d’une défectuosité, il peut même s’auto-allumer et provoquer un départ de feu via les plastiques présents. C’est ici que cela se corse et que la différence entre une installation intégrée ou décollé prend tout son sens.

Dans le cas d’une installation décollée, le plastique du boîtier brûlera certainement intégralement tandis que le tedlar de l’arrière du panneau aura tendance à charbonner. Les modules photovoltaïques appartiennent à la catégorie des matériaux difficilement combustibles, et en cas de départ de feu vont s’éteindre spontanément à la condition expresse qu’il n’existe pas un apport de chaleur extérieure. Ainsi et dès lors qu’il existe une lame d’air suffisante puis des tuiles normalement épaisses, on peut raisonnablement espérer que le dit départ de feu soit circonscrit au module solaire concerné avec encore un peu de noircissement du module voisin.

Il en va tout autrement dans le cas d’une installation intégrée qui premièrement se situe à proximité immédiate de la charpente et n’est séparée de celle-ci que par un bac d’étanchéité éventuellement en acier (très bon transporteur de la chaleur!) ou en plastique et donc potentiellement combustible ; et qui rappelons-le se trouve dans un espace confiné. Dès lors, le scénario s’écrit avec une facilité déconcertante : le module défectueux se combustionne lentement et discrètement par manque d’oxygène et allume de manière similaire la charpente proche. Ce feu rampant peut couver de nombreuses heures et lorsqu’il éclate au grand jour, il a atteint une taille conséquente garantissant des dommages substantiels au bâtiment.

Il me semble utile de le souligner, ce cas de figure peut survenir avec une installation intégrée correctement réalisée et des panneaux solaires ayant passé tout les contrôles de qualité. Il suffit par exemple qu’un coup de foudre aie légèrement endommagé l’installation mais sans la mettre hors service. Je ne connais pas les statistiques actuelles, mais nous nous situons le plus probablement à largement moins qu’un module sur 100’000 prenant feu spontanément durant sa durée de vie normale. Simplement, si cet exemplaire défectueux se trouve dans une installation décollée, nous resterons certainement dans l’anecdote. Dans le cas contraire, il existe une probabilité bien tangible que cela tourne au drame.

Juste pour la petite histoire, ce post a été rédigé durant le mois de juillet, et nous avons eu droit à un incendie de toiture photovoltaïque à peine à 25 km de chez nous et selon les images satellites, il semble bien que cette installation ait été réalisée en intégré. voir ci-dessous (ArcInfo et GoogleEarth) :

Art Arcinfo feu toiture solaire cressier

Screenshot from 2018-07-30 12-58-34

En conclusions :

Intégrer les panneaux solaires coûte, induit une baisse de production, diminue leur durée de vie, et enfin complexifie la fin de vie de l’installation. Même si on peut discuter sur les chiffres précis, on arrive tout de même à déterminer un ordre de grandeur de manière assez conservatrice, en retenant :
a. surcoût 20 % ramené à 10 %
b. perte de production 10 % ramené à 5 %
c. durée de vie réduite 50 % ramené à 30 % (de réduction donc, pas 30 % de durée vie totale)
d. surcoût sur l’évolutivité/maintenance/fin de vie 30 % ramené à 15 % (conservateur pour le moins).
e. prime d’assurance plus élevée = pour mémoire
Or voilà, si on retient en ordre de grandeur 10 cts pour le coût du courant PV décollé, on obtient au bas mot (10 / (0.9*0.95*0.7*0.85)) soit 19.65 cts et donc un quasi doublement du coût du courant produit !!! Ce sont bien les facteurs c. et d., généralement pas pris en compte à leur juste importance, qui déterminent l’essentiel de la différence.

Pour l’exprimer autrement, on parle, en chiffre absolu, d’un surcoût d’environ 10 cts, à comparer avec les prélèvements proposés pour financer les ENR de l’ordre du centime.

Lors des divers débats politiques dans notre petite Helvétie, il a souvent été argumenté qu’un prélèvement cantonal additionnel, même aussi bas que 0.5 centime (bien une moitié de centime) ! mettrait à mal l’économie et obligerait les entreprises énergivores à délocaliser. On n’ose imaginer ce que 10 centimes générerait comme conséquences.

Relisez les explications de Monsieur Jean-Marc Jancovici, elles démontrent on ne peut plus clairement que nos sociétés ne peuvent se permettre une hausse du coût de l’énergie sans devoir remettre en cause des acquis sociaux, qui semblaient pourtant gravés dans le marbre.

La conclusion finale est simple : en imposant de manière illégitime des intégrations des centrales solaires, on ralentit dramatiquement le déploiement à large échelle du photovoltaïque au détriment de notre planète et des générations futures. On le voit clairement en comparant 2 pays cherchant à imposer cette pratique presque systématiquement comme la France et la Suisse avec l’Allemagne ou même l’Angleterre, toutes deux pourtant largement moins insolées, et qui n’imposent l’intégration que de manière exceptionnelle : il n’y a pas photo-finish pour utiliser l’expression consacrée : La France (en enlevant la part des DOM-TOM) et encore plus la Suisse appartiennent aux mauvais élèves en terme de part du photovoltaïque dans le mix énergétique du pays, alors que l’Allemagne caracole dans le peloton de tête.

Laurent-David JOSPIN

No-Billag ? Attention ! On se trompe de cible !

En tant que bon libéral, je suis bien forcé d’avouer être mal à l’aise avec le système Billag tel qu’actuellement en vigueur. Du coup, même si No-Billag présente manifestement toutes les caractéristiques d’une initiative extrémiste, je n’avais pas imaginé m’investir dans cette campagne.

Mon revirement, tout à fait déterminé n’en doutez pas, trouve son origine dans un récent sondage montrant que, contrairement à toutes attentes, cette initiative représentait un vrai danger.

La question naturelle est bien celle-là : comment peut-on avoir une pareille dichotomie entre une population qui exprime une très grande satisfaction, à juste titre d’ailleurs, sur la qualité des programmes offerts par nos chaînes de radio et télévision nationales, et une même population ne souhaitant manifestement plus payer ?

L’explication puise sa source ici :

portemonnaie videLes statistiques du renchérissement représentent une réalité, et le disponible des ménages une autre manifestement bien différente !

Regardez les médias récents : plus d’un suisse sur 5 est incapable de faire face à une dépense imprévue de CHF 2’500.– ! Récemment, nous avons eu droit à un Temps Présent sur le thème « Épargner ? On n’y arrive plus ! ».

Il ne faut pas chercher plus loin le problème. Une frange importante de notre population ne supporte plus l’idée de recevoir encore et encore des factures non sollicitées mais à caractère obligatoire. Rajoutez à ce qui précède une dose substantielle de personnes manipulées et ainsi que quelques libertariens non raisonnés et vous obtenez les sondages que nous avons vus.

Il faut le dire haut et fort : malgré ses imperfections, condamner à une mort certaine notre meilleure source d’informations pour un débat démocratique réellement ouvert et sain conduira inéluctablement à une aggravation de la situation !

Imaginons donc, juste pour se faire un peu peur, un monde sans Billag, ni autre système de subventionnement à des médias neutres et indépendants comme le veut cette initiative, dans le cadre d’une votation visant à accroître encore et de manière outrancière le pouvoir des caisses d’assurance maladie. La campagne de votation serait inévitablement complètement biaisée vu que la seule voix qui disposerait des moyens de se faire entendre via des médias privés, vendant au plus offrant sa visibilité, serait celle des compagnies d’assurance. Or on le sait, face à un matraquage trop lourd, les meilleurs arguments ne peuvent plus rien. Les campagnes électorales aux USA le démontrent de manière très claire : l’argent ne fait pas tout en politique ; mais lorsque la différence devient trop importante, les arguments même les plus pertinents se révèlent inopérants.

Dès lors, dans le scénario imaginé ci-dessus les caisses maladies renforceraient très certainement aisément leur position au détriment du plus grand nombre. En fait, à chaque fois qu’une votation concernerait un sujet impliquant un acteur disposant d’une force de frappe économique en dessus de la moyenne, il faudrait légitimement craindre que la décision populaire soit manipulée par des campagnes de désinformation. Avec comme résultat final que l’argent économisé sur la facture Billag se retrouverait perdu un multiple de fois pour les citoyens concernés. En cascade, nous verrions au fil des années une perte de confiance dans notre système politique et nous subirions les dysfonctionnements que l’on peut observer dans de nombreux pays comme la France ou les USA pour ne citer que quelques exemples.

Définitivement No-Billag est une initiative trompeuse, et il faut la refuser sèchement.

Laurent-David Jospin

Prochainement : No-Billag à qui profite le crime

Avec un immense merci, voici mes voeux pour 2018

A vous tous qui prenez le temps de me lire, relayer, commenter, ou encore participer à la rédaction du blog par une aide ou une autre, un tout grand merci ! Grace à vous, certains de mes posts ont atteint en 2017 une audience du même ordre que celle d’un quotidien à grand tirage (niveau Suisse Romande naturellement).

VOEUX 2017

L’image ci-dessus provient de la carte choisie par notre entreprise (Les Éditions du Partage liées à la fondation Abbé Pierre pour un mini coup de pub à une oeuvre qui le mérite). Nous l’avons choisie pour son message ouvrant des horizons, nouveaux, à découvrir certainement, à défricher peut-être, à conquérir éventuellement, mais aussi et surtout à aimer et protéger.

Avec mes meilleurs voeux pour une période de fêtes joyeuse ainsi qu’une année 2018 qui nous permette à tous d’atteindre nos objectifs.

Laurent-David Jospin

Big pharma : pour clarifier quelques malentendus

Le présent post est une extension non initialement prévue à la série santé (ici) et complète l’article sur la relation malsaine au profit des grandes pharmas (ici).

Notre article commun avec Blaise Courvoisier qui questionnait sur la légitimité des méthodes employées pour la recherche de profit par les grandes pharmas semble avoir été mal compris par une partie de nos lecteurs.

Deux principales incompréhensions semblent avoir accaparé la majorité des discussions ayant suivi, soit a. le fait que nous aurions préconisé de renoncer à tout médicament, et b. que nous nous opposions aux vaccins.

Il s’agit dans les deux cas d’une lecture superficielle manifestement influencée par une forte émotionnalité avec une tendance du style « si vous n’êtes pas à 100 % avec nous , alors vous êtes contre nous ».

Cette compréhension erronée nous attriste beaucoup, car justement, notre message se voulait dans la nuance. Affirmer qu’il y a sur-consommation ne veut surtout pas dire qu’il ne faut plus rien accepter du tout.

Laurent-David aimerait rappeler ici cette maxime pleine de sagesse et pourtant si souvent oubliée : « Quand tous pensent la même chose, alors plus personne ne pense ».

Sur le thème de la surconsommation générale de médicaments

Nous pourrions bien sûr nous répéter tout en essayant de détailler plus notre propos, mais au final il y a plus simple et surtout plus tranchant. Il se trouve que des médecins de référence ont défendu des points de vue extrêmement proches du notre et nous allons donc rapidement en passer en revue quelqu’uns parmi les plus significatifs :

Dr. Richard J. Roberts, Prix Nobel de médecine 1993 : « Les médicaments qui guérissent complètement ne sont pas rentables » [1].

Et bien voilà une affirmation encore bien plus violente que ce que nous nous sommes permis d’avancer, provenant d’un prix Nobel en médecine, permettez-nous de dire que c’est de la dynamite à l’état pur (sans jeu de mot avec le prix Nobel!).

Prenez donc le temps de lire l’interview, cela en vaut vraiment la peine. L’accusation dépasse largement en intensité tout ce que l’on imaginerait d’une telle personne, citation : « Because drug companies often are not as interested in healing you as in getting your money, so that investigation, suddenly, is diverted to the discovery of drugs that do not heal completely, but chronify the disease and make you experience an improvement that disappears when you stop taking the drug. ». Soit en traduction libre : « Les entreprises pharmaceutiques sont fréquemment plus intéressées à prendre votre argent plutôt que vous guérir. Ainsi, la recherche est subitement détournée vers des médicaments qui ne vous guérissent pas complètement mais font évoluer la pathologie vers un mal chronique, conduisant à ce que vous ressentiez une amélioration lorsque vous prenez le médicament, et qui disparaît lorsque vous cessez de le prendre. »

9097506.imageC’est manifestement à juste titre qu’une partie grandissante de la population se sent dans la peau d’une vache à traire, source : RTS, “Des centaines de Genevois dans la rue contre la hausse des primes maladies”

Dr. Aseem Malhotra cardiologue NHS (National Health Service) , Sir Richard Thompson ancien Président du Royal College of Physicians et médecin traitant personnel de la Reine d’Angleterre pendant 21 années, ainsi que 4 autres : « La rapacité des grandes pharmas tue des dizaines de milliers de personnes à travers le monde : Les patients sont sur-médicamentés et fréquemment traités avec des médicaments très rentables mais offrant peu de bénéfice thérapeutique prouvé »[2a et 2b].

export mail onlineSir Richard Thompson et le Dr. Aseem Malhotra, source Mail Online

Sur ce 2ème exemple, encore plus dur, nous vous proposons deux liens mais une recherche avec les mots clefs du titre vous permettront d’approfondir encore cet aspect.

Si vous ne deviez retenir qu’une information, nous vous proposerions la conclusion du Dr. Malhotra à la fin de l’article du Dailymail : “For the sake of our future health and the sustainability of the NHS it’s time for real collective action against ‘too much medicine’.“, soit en traduction libre « Pour la sauvegarde de notre santé future et la durabilité de notre système de santé, il est grand temps d’agir de manière groupée contre les excès médicaux ».

Et si vous doutez encore de l’utilité de lire ces deux articles, voici ce que nous dit The Independent : “Pharmaceutical companies cause doctors to receive biased information about drugs ‘costing hundreds of thousands of lives’”, soit en traduction libre « Les entreprises pharmaceutiques se sont organisées pour que les médecins reçoivent des informations biaisées sur les médicaments conduisant à des centaines de milliers de morts ».

Screenshot from 2017-11-19 21-20-26

Ces deux articles méritent définitivement d’être lus de bout en bout. À se demander même si une traduction en français ne s’imposerait pas.

Sur le thème des vaccins

Bon là, il faut avouer que notre choix d’exemple aurait pû être plus simple. Manifestement, le simple fait de prononcer le mot “vaccins” génèrent une avalanche de réactions hyper-émotionnelles et un sain débat devient tout simplement impossible.

Laurent :

J’ai cité dans une de mes réponses sur Facebook, un autre exemple qui eut été infiniment moins sujet à controverse, à savoir le mauvaise usage des antibiotiques. Aujourd’hui cela semble trivial tellement la presse, même grand public, s’en fait l’écho [exemple : 3]. Toutefois, si l’on se donne la peine de regarder dans le rétroviseur, ne serait-ce que 20 ans en arrière : un médecin de famille qui ne prescrivait pas systématiquement des antibiotiques était considéré comme un mauvais médecin. Or cette pratique, que nous savons aujourd’hui être gravement dommageable, n’est pas apparue spontanément dans la tête de nos médecins. Dans les nombreux facteurs de pression responsables de ce comportement, on trouve justement ces fameux visiteurs médicaux n’ayant qu’un seul but pousser à la consommation et donc pousser à la prescription.

Cette parenthèse faite, nous n’avons pas dit qu’il fallait renoncer aux vaccins, mais que la politique de “big pharma” cherchant à imposer une obligation vaccinale maximale par la force n’était simplement pas admissible. Les droits de l’Homme étendus dans leur variante des droits des patients stipulent de manière très claire qu’au grand jamais qu’un traitement thérapeutique quel qu’il soit ne peut être imposé contre la volonté du patient, et que par ailleurs, le dit patient possède le droit inaliénable d’être informé sans aucune réticence des risques et bénéfices d’un traitement donné afin qu’il puisse prendre sa décision en pleine connaissance / conscience.

La nouvelle loi française sur la politique vaccinale des jeunes enfants ne remplit pas ces critères. Elle a été imposée par la force du lobby pharmaceutique pour des questions bassement financières, ce qui ne veut toujours pas dire qu’il faille dire systématiquement non aux vaccins. Simplement le choix doit rester un choix.

Certains des commentaires laissés sur la page Facebook soutenaient une position extrêmement dogmatique pro-vaccin et sans aucune nuance. Pour la bonne forme et redonner un peu d’équilibre au débat, j’aimerais attirer l’attention de nos lecteurs sur les publications suivantes :

 A. La compilation faite par Lorenzo Accera en 2001/2002 sur un gros millier de publications sur des complications ou échecs vaccinaux, ici. À noter qu’en 2011, des américains ont voulu contredire cette compilation en réalisant une autre compilation d’études prouvant elles que les accidents sont rares, puis en 2016 un certain Jeff Prager a réalisé une nouvelle compilation doublée d’une étude statistique sur la période 1915 à 2015 qui elle tendrait à prouver que les accidents sont beaucoup plus fréquents qu’admis par l’industrie. Cette dernière synthèse fait plus de 1000 pages et se réfère aux données statistiques des USA.

B. Beaucoup plus lisible (seulement l’équivalent d’une trentaine de page, y compris le débat ayant suivi dans la partie commentaire!), le site ChildHealthSafety a publié une étude comparative fouillée sur l’évolution des taux de mortalité liés à toute une série de pathologies diverses avant et après introduction des vaccins relatifs, voir pas de vaccins du tout pour certaines. Je n’ai pas vérifié personnellement la/les source(s) des données, mais elle semble difficilement contestable. Cette étude a manifestement énervé l’industrie aux USA qui s’est évertuée à la décrédibiliser et même de manière assez maladroite. Les premières contestations publiées sur le site même dans la partie commentaire sont toutes répondues de manière très claire. Au final, il semblerait qu’il existerait aux USA/Canada de nombreux témoignages de médecins ayant révisé leurs positions sur la politique vaccinale nord-américaine suite à cette étude.
PDF (résumé sans la partie commentaires) ici, lien original ici.

C. Nous avons aussi eu des commentaires sur la relation vaccin sur l’hépatite et la sclérose en plaque, alors là c’est tout simple et désolé pour ceux à qui cela ne plairait pas, les tribunaux ont admis maintenant à plusieurs reprises la très haute vraisemblance de la cause à l’effet (deux exemples) :

Arrêt de la cour Européenne de Justice du 21 juin 2017 dans l’affaire C-621-15, communiqué de presse ici https://curia.europa.eu/jcms/upload/docs/application/pdf/2017-06/cp170066fr.pdf ,

Cour Administrative d’Appel de Nancy: 2,4 millions d’euros d’indemnisation pour une sclérose en plaques post-vaccinale, texte du jugement ici :https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?idTexte=CETATEXT000029040513

D. Et enfin pour faire plus court et plus proche de chez nous, un article intéressant paru dans Migros Magazine, dans lequel le Dr. Jean-Paul Ecklin défend un point de vue assez critique sur la vaccination systématique contre la rougeole. Je citerai une seule phrase de l’article (en espérant que vous preniez quand même le temps de le lire) : « Nous ne sommes pas des anti-vaccinalistes, mais des médecins favorables à la réflexion critique, nuancée et indépendante sur la question des vaccins. Encore un tabou en médecine. »[4]

En espérant avoir permis une ouverture d’esprit d’un public le plus large possible et contribué ainsi à un débat sans tabou et surtout sans à priori.

Rédigé par Laurent-David Jospin, relecture par Blaise Courvoisier

[1] : “The Drugs that completely cure are not profitable”, Interview with Dr. Richard J. Roberts, Nobel Prize in Medicine 1993, lien en anglais ici, original en espagnol ici

[2a] : DailyMail MailOnline, “EXCLUSIVE: How Big Pharma greed is killing tens of thousands around the world: Patients are over-medicated and often given profitable drugs with ‘little proven benefits,’ leading doctors warn”, Anna Hodgekiss et Ben Spencer, 23 février 2016, lien ici

[2b] : The Independent, “Pharmaceutical companies cause doctors to receive biased information about drugs ‘costing hundreds of thousands of lives”, Loulla-Mae Eleftheriou-Smith, 24 février 2016, lien ici

[3] : RTS, “Le phénomène de résistance aux antibiotiques inquiète en Suisse”, Emission On en parle ,10 novembre 2017, lien ici

[4] : Migros Magazine online : https://www.migrosmagazine.ch/cette-semaine-la-rougeole-divise-le-corps-medical

Comment imaginer un système de santé durable ?

Dixième article de la série estivale “politique de santé”

N’espérez pas un coup de baguette magique, car aucune mesure ne pourra seule rétablir une solidité durable d’un système qui emporte avec lui des tares originelles aussi fortement ancrées dans son ADN. La lucidité l’impose : il faut un ensemble de mesures cohérentes adressant l’ensemble des faiblesses reconnues pour offrir la possibilité de reconstruire un système pérenne.

Désespoir factureSi vous ne supportez plus vos factures médicales ….

Le plus libéral des deux auteurs envisage en toute logique que le patient puisse reprendre le contrôle de sa santé selon ce qu’il jugera bon pour lui, mais également que la deuxième face de la médaille de la liberté soit la responsabilité reprenne la juste place qu’il lui revient pour l’ensemble des acteurs impliqués que cela soit le patient, le politicien, la grande industrie pharmas comprises !, ou même le corps médical.

Symétriquement le médecin voit en premier lieu les difficultés concrètes dans sa pratique de tout les jours ou encore les incohérences du système tiraillé entre les contraintes financières, politiques, et ha oui aussi médicales respectivement scientifiques !

Blaise & Laurent :
Historiquement, le médecin représentait l’autorité dont les avis ne se discutent pas de la même façon que Monsieur le Maire ou le Notaire du village. Malheureusement, ce principe initial conduit une grande part de la population à ne s’intéresser à sa santé que lorsqu’elle est déjà tombée malade. Le patient doit reprendre le contrôle de son propre corps et donc sa propre vie autant que possible. Il faut imaginer former dès le plus jeune âge, via des programmes scolaires adaptés et ouverts, à savoir lire et comprendre une notice de médicament, à ce que veut dire concrètement “des effets secondaires”, à la prévention, à comprendre ce que la surmédication apporte comme conséquences négatives jusqu’à de la létalité supplémentaire … bref à regagner une liberté de choix effective car en pleine connaissance des bénéfices et coûts. Pour beaucoup de patients, découvrir que l’opération ou le traitement projeté pour telle pathologie ne signifie pas réellement guérison mais juste vivre avec un problème moins grave représente un choc douloureux.

Laurent :
Une meilleure compréhension des enjeux médicaux permet aussi aux patients une collaboration active au niveau thérapeutique. Sur internet se côtoient le pire et le meilleur. Il faut néanmoins reconnaître que pour certaines pathologies rares, la recherche de cas similaires au plan mondial a permis à des malades ayant pratiquement perdu tout espoir de retrouver le chemin soit d’une guérison ou tout au moins d’une vie meilleure. Donner à notre population les clefs pour trier les charlatanismes des thérapies novatrices et porteuses d’espoirs réels contribuera utilement à une relation apaisée entre patient et médecin. La pression liée aux intérêts économiques des industries, pharmas comprises, s’oppose frontalement à une telle évolution. Toutefois, j’en suis persuadé, il n’y a pas de perspectives durables dans le tout artificiel ou tout chimique.

Blaise & Laurent :
La population a souhaité que le système d’assurance maladie soit obligatoire. Il est dès lors inacceptable de ne pas disposer d’une transparence totale sur les coûts pour les acteurs au bénéfice d’un monopole étatique. On pense bien sûr aux assurances, mais également aux grandes pharmas qui imposent des coûts exorbitants sur certaines nouvelles molécules sans que le bénéfice en terme de santé soit du même ordre de grandeur pour le patient.

Blaise & Laurent :
L’indépendance des organes sensés contrôler les acteurs doit être complètement repensée et renforcée. De fait, aujourd’hui très fréquemment les personnes en charge de ces contrôles proviennent des mêmes cercles que ceux qu’ils sont sensés contrôler ou pire encore dépendent d’eux pour des budgets de recherche.

Blaise & Laurent :
La justification des soins de haut niveau dans les deux extrémités de la vie doit pouvoir être débattue sereinement politiquement. Est-il réellement nécessaire de chercher à faire survivre des « enfants » de moins de 26 semaines de gestation en mettant en jeu des moyens excessivement sophistiqués, et donc excessivement onéreux, tout en sachant que le taux de séquelles est très élevé et que ce risque va devoir être supporté par la société dans son ensemble ? Tandis qu’à l’autre extrême de la vie, on doit s’interroger sur le bien fondé d’engager des traitements lourds, invalidants et onéreux pour des malades dont on sait très bien que l’espérance de vie n’est que de quelques semaines.

Ces questions de société sont douloureuses et ne peuvent être seulement décidées par le corps médical ou l’entourage du patient. Car, rappelons-le dans notre modèle mutualiste des soins, c’est toute la population qui participe aux frais engendrés. Nos élus devraient avoir le courage de trancher ces questions et imposer des limites raisonnables ou autrement dit durables au système.

Blaise :
Le ministre de la santé doit continuer à influencer et au besoin décider unilatéralement de la valeur du point Tarmed ou de la dévalorisation de points techniques lorsque l’on se trouve face à des abus manifestes, en particulier pour des actes très courants et devenus beaucoup plus simples du point de vue technique comme l’opération de la cataracte, ou certains examens radiologiques ou encore le recours systématique à l’endoscopie pour de petites interventions de chirurgie de la main, par exemple, entraînant des frais techniques aberrants.

Blaise :
Le Conseil Fédéral devrait aussi décider unilatéralement, – car un consensus sera impossible!- de l’importance du catalogue des prestations à charge de l’assurance maladie mutuelle, car actuellement on assiste à une dérive de prestations qui relèvent plus du bien-être que de la médecine, et devraient donc être exclus du dit catalogue, par exemple certaines interventions phlébologiques, certaines consultations psychologiques et divers traitements dermatologiques, pour n’en citer que quelques uns.

Blaise & Laurent :
Il faut aussi légiférer sur l’opportunité de valoriser le recours à des infirmiers/ères de premier recours, spécifiquement formés/ées pour prendre en charge les suivis d’affections fréquentes, en particulier le suivi de l’hypertension, du diabète, des troubles nutritionnels, les soins de base traumatiques, etc. , ce qui déchargerait d’autant les consultations des médecins généralistes qui sont surchargées de petits contrôles sans réelle nécessité de la présence d’un médecin.

Blaise :
Il faut chercher par tous les moyens à inverser la tendance au recours systématique à une médecine défensive, qui entraîne une avalanche d’examens et de consiliums, cause en partie du renchérissement des coûts et en particulier des coûts ambulatoires et source de bénéfices importants pour certains laboratoires et prestataires de soins hyperspécialisés. Pour ce faire, la FMH doit avoir une attitude défensive à l’égard de ses membres et systématiquement attaquer le recours trop fréquent à la judiciarisation des actes médicaux que ce soit au niveau des assureurs, des avocats et autres tribunaux. A mon sens, les médecins ne se sentent pas suffisamment soutenus par leur instance faîtière et cherchent donc à se protéger dans toutes leurs décisions.

Blaise :
La FMH et les sociétés de discipline médicale doivent généraliser l’usage des guidelines pour toutes les affections courantes, avec la possibilité de recourir à des sanctions vis à vis de ceux qui s’y opposeraient sans justification, allant de l’avertissement aux amendes et jusqu’à l’exclusion de la société médicale.

Laurent :
Je comprend la logique d’une telle pratique, toutefois, il faut à mon sens la tempérer, car certains consensus médicaux sont sujets à débats. Ex. Pour de nombreux patients le protocole de traitement “helvétique” de la maladie de Lyme se révèle totalement inopérant, alors que la variante préconisée par les médecins américains offre un réel bénéfice thérapeutique.

Blaise :
Le dossier médical du patient, informatisé, doit être généralisé et devenir une obligation tant pour le patient lui-même que pour le prestataire de soins, de façon à éviter les doublons dans les examens et là aussi des sanctions devraient être mises en place à l’égard de ceux qui n’en tiendraient pas compte.

Laurent :
On comprend aisément l’avantage d’une telle mesure, toutefois elle pose aussi un problème potentiel grave d’atteinte aux libertés individuelles. Le corollaire d’une mesure aussi stricte risque bien d’être le droit de s’affranchir complètement du système. Ce point doit également être mis en perspective avec les limites de la mutualité, à partir d’un certain point, il peut devenir parfaitement légitime de vouloir renoncer à l’ensemble et se prendre en charge soit-même. On rappellera en passant qu’environ 50 % des coûts de la santé sont assumés par les impôts ordinaires. Dès lors, même en refusant de cotiser et profiter du système, on reste solidaire via sa fiscalité. Je suis parfaitement conscient que préconiser l’abrogation de l’obligation de s’assurer ne trouvera pas une majorité aujourd’hui devant la population. Toutefois, au début de la LAMAL une infime minorité, de l’ordre de 5 %, de la population adhérait à une telle vision. A l’heure actuelle, nous avons passé les 30 %. Encore 20 à 30 % de hausse (soit ± 6 années au rythme actuel) et nous pouvons être quasiment sûr que cette option ne pourra plus être balayé d’un revers de la main.

Blaise & Laurent :
Une réflexion doit débuter pour envisager les limites du mutualisme avec la possibilité d’introduire, pour les assureurs, des bonus/malus dans les attitudes de vie : tabagisme, inactivité,par exemple. Ce d’autant plus que, comme expliqué ci-dessus, même ainsi le citoyen restera partiellement solidaire via non plus sa prime mais son bordereau d’impôt.

Blaise & Laurent :
Les assureurs doivent favoriser et promouvoir la prévention au niveau du mode de vie, avec là aussi des incitations financières fortes.

Blaise & Laurent :
Chaque patient devrait recevoir en fin d’année, systématiquement, un décompte global des frais qu’il a engendrés de façon à le rendre conscient de l’importance de ceux-ci.( la réaction humaine veut que ce soit toujours le voisin qui coûte le plus cher…)

Blaise & Laurent :
Et bien sûr, puisqu’il y a manifestement un incendie, il faut arrêter d’arroser avec de l’huile. L’OFEV (Office Fédéral de l’Environnement a évalué que la pollution de l’air induisaient des coûts de sur la santé se situant à environ 6 milliards par an, soit 10 % des coûts totaux. Pour la première fois en Suisse, une autorité a officiellement reconnu que nos choix sociétaux, ou plus précisément l’absence d’une politique environnementale suffisante, induisait un coût concret. Si on extrapole ce résultat à la pollution des sols, en rappelant par exemple que même les consommateurs bio présentent des taux de glyphosate, cancérogène supputé, dans leurs urines, ainsi que à la pollution des eaux chargées en résidu de médicaments les plus divers , il ne semble pas complétement absurde d’affirmer que peut-être jusqu’à un tiers de nos problèmes médicaux puisse provenir en fait de la pollution sous toute ses formes.

En agissant sur ces causes externes, on obtiendra un résultat bien plus durable qu’avec milles mesures de gesticulation sur les tarifs de ceci ou cela ou encore de répartition des coûts.

La vie, la vraie pas celles idéalisées des idéologies des uns ou des autres, nous montre son infinie complexité jour après jour. On comprend dès lors aisément que si nous voulons aller en direction d’un système de santé durable nous n’échapperons pas à une réflexion en profondeur incluant tout les facteurs internes et externes, et ceci de préférence très rapidement vu l’urgence manifeste.

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières de la série : ici

Les pharmas nous veulent-elles vraiment du bien ?

Neuvième article de la série estivale “politique de santé”

A la fin des années 50 éclatait le scandale de la Thalidomide avec plus de 10’000 enfants nés mal-formés (20’000 selon certaines sources). Alors que les lanceurs d’alerte de l’époque avançaient des arguments solides, la firme pharmaceutique Grünenthal a usé de multiples manœuvres dilatoires pour repousser ces avertissements jusqu’à l’insoutenable. Quand on regarde dans le rétroviseur, on a de la peine à trouver une justification à de tels agissements. Grünenthal était allé jusqu’à affirmer que son médicament avait sauvé des vies d’enfants – né affreusement mal formés faut-il le rappeler – qui auraient sinon disparu via des avortements spontanés !! La vérité, crue et douloureuse, était tout simplement l’argent. Grünenthal pensait posséder la poule au œufs d’or avec cette molécule et voulait protéger ses revenus ! Puis, lorsque la réalité ne pouvait plus être cachée sous le tapis, elle s’est défendue pour éviter sa faillite quitte à infliger une double peine aux familles touchées.

Ce scandale a conduit à toutes une série de décisions juridiques dont la mise en place de divers mécanismes sensés garantir à la fois l’innocuité et l’efficacité des nouveaux médicaments mis sur le marché.

Il avait bien été dit “plus jamais ça”, mais force est de constater que quelque chose n’a pas dû fonctionner correctement car depuis cette première fois qui aurait dû être la dernière fois, nous avons vécu entre autres les scandales du Vioxx, du Médiator, de l’Isomérride, du Distilbène, de la pilule Diane 35, ou tout récemment encore de la Dépakine[1]. Le moteur de ces divers scandales se trouve toujours du coté des intérêts financiers.

side effect
Merci au site Le Nouveau Paradigme / David Jarry pour la mise à disposition du dessin

Ces exemples déjà très spectaculaires en soi cachent en réalité une attitude générale conduisant à privilégier le profit des producteurs de médicament plutôt que la santé des patients ou même encore plus prosaïquement leur porte-monnaie.

A titre d’exemple, on peut utilement rappeler ici l’attitude des grandes pharmas dans deux dossiers récents qui démontrent on ne peut plus clairement leur véritable visée.

Dans le cadre de la question des statines, et sans même traiter la controverse liée à cette classe de médicament, la levure de riz rouge offre la seule source connue de statines naturellement présentes dans un produit dérivé d’un aliment. De ce fait, ce produit présente 2 particularités notables dont à savoir un coût insignifiant comparé à une statine de synthèse vendue par une pharma, et l’impossibilité de le breveter. Il semblerait par ailleurs que la levure de riz rouge génère fréquemment des effets secondaires moins aigu qu’une statine de synthèse. Plusieurs patients confirment ne pas imaginer retourner à une version synthétique tant les effets secondaires peuvent être pénalisants et incluent entre autres des nausées, vertiges, faiblesses, …[2] Il est très amusant de constater que le lobby pharmaceutique utilise comme argument pour faire interdire ce produit, représentant une menace claire pour ses intérêts commerciaux, justement les effets secondaires qui affectent ses propres produits plus sévèrement !

Toujours plus proche de nous, car le dossier “fume” encore sur les tables des ministères concernés en France, la question des vaccins combinés imposés aux tout petits enfants selon un mécanisme dit de Cheval de Troie fait ressentir une forte nausée à ceux qui veulent bien se pencher sur le sujet de manière un peu sérieuse. En peu de mot, le plan de vaccination obligatoire en France impose avant 18 mois de faire vacciner contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite sous peine de sanctions sévères. Depuis 50 ans, il était possible de faire vacciner les enfants contre ces 3 maladies avec un produit de la société Bio-Mérieux pour un coût inférieur à 7 EUR. Progressivement, ce vaccin, réputé très sûr, a été rendu indisponible et remplacé par des variantes dites “combo” qui incluent d’autres pathologies comme la coqueluche ou l’hépatite B. Or ceci n’est pas neutre thérapeutiquement parlant ni même financièrement. Le vaccin contre l’hépatite B est l’objet d’une forte controverse dans les milieux médicaux eux-mêmes. En France, pays dont les autorités sont fortement pro-vaccins, les tribunaux ont reconnu par deux fois qu’il existe un lien entre ce vaccin et la sclérose en plaques. Sans rentrer dans trop détails, on peut mentionner également que cette variante inclut des adjuvants comme l’aluminium et le formaldéhyde reconnus comme neurotoxiques et cancérogènes. Tout cela pour un seul objectif, un coût de vente multiplié par 5 ! Le Conseil d’État vient de statuer : l’industrie a l’obligation de fournir une recette ne contenant que les vaccins strictement obligatoires. La réponse de l’industrie pousse le cynisme au-delà de l’imaginable : elle a réussi maintenant à rendre obligatoire tout les autres vaccins, argumentant qu’elle n’arrivera plus à fournir l’ancien vaccin, sans aucune considération pour le budget des familles ou les risques encourus par les enfants concernés.

Les causes de cette dérive ne relèvent pas d’un mystère ésotérique insondable, mais tout simplement d’une série d’évidences qui auraient dû conduire à une réaction appropriée depuis longtemps déjà ! Sans doute la plus choquante de toutes : Les experts sensés contrôler les entreprises pharmaceutiques soit viennent de celle-ci, soit dépendent de sa manne financière pour financer leurs recherches. Or, il a été démontré que lorsqu’un chercheur reçoit les fonds nécessaires à ses études d’une source ayant un intérêt aux résultats, la probabilité que ceux-ci soient conformes aux attentes du bailleur de fonds fait plus que quintupler !

Il faut aussi citer ces études qui, progressivement, tendent à abaisser les seuils de tolérances de diverses données biologiques, comme parar exemple, l’abaissement continuel depuis plus de vingt ans des taux sanguins admissibles des lipides. Ainsi, si cette courbe de tolérance s’abaisse au fil des ans, celle des profits générés par les antilipémiants s’élève de façon asymptotique !

On pourrait aussi parler, de façon identique, des valeurs limites conseillées dans le traitement antihypertensif, avec néanmoins une réaction nouvelle de certains médecins gériatres qui ont démontré que si l’abaissement de la systole entraînait certes une baisse du nombre d’AVC ( accident vasculaires aigus) chez la personne âgée, cela amenait concomitamment une baisse de la vascularisation cérébrale et donc des facultés cognitives. Aussi, pour le résumer de façon triviale, les scientifiques dogmatiques, de mèche avec les pharmas, préféreraient avoir des « légumes » normotendus bourrés de médicaments plutôt que des vieillards certes un peu hypertendus mais qui jouent aux échecs…

Pour le résumer crûment, les pharmes veulent en premier lieu du mal à nos portemonnaies, la santé des consommateurs, elle, passe après.

Avec un très joli dessin de Chappatte qui le résume si bien :

Tamiflu profit

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières de la série : ici

Prochain article : Comment imaginer un système de santé durable ?

[1] http://www.rts.ch/info/suisse/8546844-une-victime-de-la-depakine-depose-une-plainte-penale-contre-le-chuv.html

[2] https://www.rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/la-levure-interdite?id=5879352

L’industrie lancée dans une fuite en avant sans fin ?

Huitième article de la série estivale “politique de santé”

La société capitaliste dans laquelle nous vivons contraint les entreprises à croître indéfiniment pour survivre en offrant à leurs actionnaires un dividende et/ou une plus-value sur actions en fin d’année.

Ainsi en est-il aussi bien entendu pour les entreprises en relation avec le monde médical qui, parfois, aimeraient bien pourtant se faire passer pour des bienfaiteurs de l’humanité souffrante !

Ce monde de la Santé est, il faut le dire, un merveilleux terrain de jeux pour ces industriels qui y trouvent la possibilité d’innovations, – et donc de gains – innombrables, tant la demande des milieux universitaires médicaux et celle de la population générale est illimitée dans ce domaine porteurs d’espoirs infinis.

Chaque siècle a vu un certain nombres d’innovations réellement révolutionnaires, pensons au développement de l’ostéosynthèse, l’usage de l’endoscopie opératoire, l’avènement des greffes d’organes ou encore les méthodes de radiologie interventionnelle qui sont des phares de notre vingtième siècle.

Mais à proprement parler, ces révolutions de l’industrie médicale se comptent sur les doigts de la main et sont bien souvent le fait de chercheurs passionnés qui ne sont relayés par l’industrie que lorsque leurs innovations deviennent commercialement source de gains potentiels.

epica-pegaso retrav

Il faut aussi avouer que les coûts de recherche et développement sont de plus en plus exorbitants, ce qui pousse l’industrie à rechercher un gain facile en sortant, année après année,- comme pour les défilés de haute couture -, des produits « relookés » ou améliorés du point de vue ergonomique, mais sans réelle innovation dans le résultat. Ces produits sont alors démarchés, parfois presque agressivement, auprès des opérateurs par des représentants payés à la commission ou lors d’invitations à des soirées de congrès qui parfois prennent un peu des airs de corruption larvée.

Dans le domaine des pharmas où là le développement d’une molécule totalement nouvelle s’apparente réellement à un marathon de plusieurs années et coûte des centaines de millions, la tendance est alors de rentabiliser au maximum l’investissement. Pour ce faire, on produit, peu avant la fin de la protection du brevet, une discrète modification galénique qui permet de gagner de nouvelles années d’exclusivité, sans pour autant avoir mis sur le marché un produit réellement nouveau.

Bien plus perturbant encore, on découvre depuis quelques années une autre source de revenu phénoménale, via la production d’études, dites révolutionnaires, qui ont pour but de démontrer la nécessité d’abaisser les taux sanguins de tel ou tel index, ce qui permet ainsi de toucher mécaniquement une part beaucoup plus importante de population.

On observe ce phénomène entre autre dans le cas des lipides sanguins, ou celui des dosages de PSA qui ont mené à des opérations souvent invalidantes des milliers de sexagénaires « victimes » de l’engouement pour la chirurgie prostatique robotique. à l’heure actuelle heureusement de nombreux urologues font marche arrière.

Laurent :
Nous sommes manifestement d’accord Blaise et moi sur les conséquences néfastes du sur-diagnostique dans les pathologies évoquées, mais j’aimerais à titre personnel encore évoquer le problème du sur-traitement du cholestérol, dont plusieurs études viennent maintenant démontrer qu’un abaissement du taux sanguin conduit à une baisse discutable de la mortalité par accident cardio-vasculaire, mais simultanément une hausse indiscutable de la mortalité générale par d’autres pathologies [1].

Profit et Humanité font, à notre sens, manifestement mauvais ménage et il y a lieu d’exercer dans ce couple antinomique une surveillance citoyenne infiniment plus étroite qu’à l’heure actuelle.

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières de la série : ici

Prochain article : Les pharmas nous veulent-elles vraiment du bien ?

[1] : Michel de Lorgeril, L’arnaque du cholestérol et des statines, y inclus les sources citées dans le documentaire
ainsi que Arte 2016, Anne Georget, Cholestérol Le grand bluff, dito pour les sources citées

Les caisses d’assurance prises dans un conflit d’intérêt patent ?

Septième article de la série estivale “politique de santé”

Dans une enquête policière, on cherche souvent à élucider le crime de manière indirecte en se posant la question de savoir à qui il profite. Depuis la création de la LAMAL, qui, rappelons le, avait pour objectif affirmé de diminuer les coûts de la santé, le montant des primes grimpe année après année et selon les cantons considérés, il a déjà plus que triplé.

Lorsqu’on explique à une personne étrangère le fonctionnement de la LAMAL, elle montre souvent beaucoup de difficulté à concevoir qu’une assurance privée ayant mobilisé des fonds privés puisse accepter de prendre des risques entrepreneuriaux dans un modèle lui rendant impossible, tout au moins théoriquement, sa libre capacité à générer des bénéfices.

De fait, si nous voulons réellement comprendre le fonctionnement économique du modèle d’assurance santé mis en place en Suisse, nous ne pouvons faire l’impasse de déterminer les intérêts avoués ou inavouables des caisses d’assurances.

Un premier constat s’impose d’emblée, si réellement les assurances actives sur le créneau LAMAL ne voyait aucun intérêt à fonctionner dans un tel contexte, elles ne le feraient tout simplement pas. Or manifestement les caisses se battent littéralement pour attirer le plus grand nombre d’assuré possible à grand renfort de publicité payée par les assurés.

helsassura

Jusqu’à un fameux arrêt du Tribunal Fédéral, on pouvait, doit-on dire naïvement, croire que le seul intérêt des assureurs résidait dans l’opportunité de vendre des assurances complémentaires, domaine dans lequel le bénéfice est permis rappelons-le. Or le dit arrêt interdisant à une caisse de résilier les complémentaires de l’assuré résiliant la base n’a rien changé ni aux pratiques ni aux motivations d’ailleurs.

Par ailleurs, si l’esprit de la loi, soit pas de bénéfice dans l’assurance de base, motivait réellement les politiques des entreprises concernées, elles n’hésiteraient pas une seconde à publier leurs comptes dans une transparence totale, puisque celle-ci serait tout à leur avantage. Or, une partie significative du public et de la classe politique réclame depuis des années un meilleur accès à la réalité des comptes sans succès. Les assurances usent et abusent de prétextes multiples comme le secret des affaires pour restreindre l’accès aux informations ou alternativement rendre ces dernières quasiment inexploitables. Le grand scandale vécu récemment en Suisse romande au travers des primes excessives payées par les assurés genevois, vaudois et neuchâtelois, démontre sans discussion possible que les chiffres communiqués par les assurances s’apparentent plus à un brouillard tactique qu’à une vraie information. L’OFSP lui-même, et malgré son armée de spécialiste, s’y est égaré suffisamment longtemps pour que les assurés lésés ne puissent plus être remboursés ou alors de manière réellement lacunaire.

A défaut d’avoir un plein accès aux comptes, on en reste contraint à émettre des hypothèses. Sur la base de son expérience dans les transactions d’EMS à remettre, un des deux co-auteurs se permettra de penser qu’une tactique très similaire à celle déployée par les exploitations d’EMS de Suisse romande doit avoir lieu.

En peu de mots, un EMS genevois conventionné type (donc reconnu par la Santé Publique du canton) doit présenter un plan financier total, les pertes éventuelles incombent à l’exploitant, tandis que le bénéfice ne peut dépasser un plafond défini et bien plus bas que les attentes des investisseurs privés. Pourtant très surprenamment, les acteurs de ce domaine très particuliers n’hésitent pas à parler de “pompe à fric”, comment est-ce possible ? Par un mécanisme simple et au final relativement peu contraignant, soit l’externalisation orientée des postes de charge ! Un EMS peut par exemple engager une brigade de cuisine pour la préparation des repas aux résidents. Il prendra dans ce cas l’entier des risques liés à la gestion d’un véritable restaurant, mais ne pourra en tirer un seul franc de profit supplémentaire. Alternativement, il peut déléguer la fourniture des repas à un prestataire externe (société de catering selon la terminologie en vigueur), qui elle, non soumise aux contraintes financières légales peut parfaitement réaliser tout le bénéfice qu’elle souhaite. Si le prestataire externe appartient en finalité aux mêmes ayants-droits économiques que ceux du donneur d’ordre, les bénéfices non autorisés légalement au niveau de l’EMS se rapatrient malgré tout dans les poches des propriétaires de l’EMS.

Si on pense aux assurances, un tel mécanisme peut (pourrait?) s’appliquer sur pratiquement toutes les positions du compte de pertes et profits, autres que les coûts de la santé proprement dit, comme la location des locaux y inclus la maintenance, le mobilier, la bureautique au sens large, voir certaines prestations liées aux collaborateurs dès l’instant où ceux-ci travaillent non seulement pour la base mais également pour le domaine complémentaire.

L’attitude des assurances génère un puissant malaise. Si elles étaient autant irréprochables qu’elles veulent bien le prétendre, elles se dépêcheraient de le prouver à l’ensemble de la population.

On ne peut s’empêcher de penser, que quoi qu’il en soit, un mécanisme doit forcément exister qui rend attractif le fait d’être positionné sur ce créneau soit-disant non bénéficiaire. Dès lors, plus le volume financier traité monte, plus il est possible de dissimuler du bénéfice via des activités annexes ou connexes.

Au final, et vu la contrainte de s’assurer pour tout un chacun, les caisses d’assurances n’ont aucun intérêt à voir les primes baisser, et c’est même sans doute le contraire qui est vrai.

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières de la série : ici

Prochain article : L’industrie lancée dans une fuite en avant sans fin ?

Le personnel soignant peut-il encore jouer son vrai rôle?

Sixième article de la série estivale “politique de santé”

La vie du médecin et du personnel soignant des hôpitaux ou des homes évolue rapidement dans le sens d’une déshumanisation progressive du contact relationnel avec leurs patients. C’est devenu une plainte récurrente des deux parties et l’on peut évoquer plusieurs causes à ce détestable constat.

1/ une main-mise administrative de plus en plus chronophage pour tous les prestataires de soins : demandes incessantes de justification de la part des assurances et de leurs médecins conseils en particulier. Dossiers informatisés de plus en plus complexes à remplir pour chaque patient arrivant dans une unité de soins ; il vient ainsi d’être démontré qu’un médecin assistant passe désormais plus de temps à accomplir diverses tâches administratives qu’à être auprès de ses patients…Évoquons aussi ces interminables évaluations à l’entrée dans un home qui permettront d’obtenir une subvention supplémentaire pour les soins fournis…

pas de problème le temps deMerci à Amanda pour sa participation

2/ une pression financière détestable avec un prix du point en baisse depuis l’introduction de Tarmed en 2002 ( alors que l’IPC augmente lui régulièrement…) et une rémunération des prestations basées sur un minutage, ce qui rend, avouons-le, le rapport avec le patient très inhumain et désagréable ! Impossible dès lors d’envisager une consultation de longue durée, immédiatement sanctionnée par une demande de justification de l’assurance pour dépassement du temps moyen de consultation ! Pour certains médecins qui ne font pas d’actes techniques ( en principe mieux rémunérés), cette façon de tarifier à la minute les pousse parfois à multiplier les consultations brèves, peu satisfaisantes, pour tenter de conserver le même niveau salarial, ceci bien évidemment au détriment de la qualité relationnelle des consultations.

3/ le médecin est de plus en plus la cible d’actions judiciaires et extrajudiciaires, car les assurances proposent régulièrement des protections juridiques associées aux contrats de base. Voici la porte ouverte à des plaintes plus ou moins justifiées ( surtout moins au vu des résultats de ces actions) . Cela permet aussi l’émergence de ce que l’on appelle la médecine défensive : le praticien fait de plus en plus d’examens complémentaires pour pouvoir éventuellement se justifier devant des juges qui ne comprennent rien au processus diagnostic mais qui tiennent comptent de ces listes d’examens. Ceux-ci apparaissent par contre à certains professionnels comme totalement inutiles, voire parfois dangereux, sans compter que c’est là aussi une des causes du renchérissement de la médecine actuelle.

4/ l’hyperinformation des patients, tant dans les médias qu’avec Internet, a permis de briser le mythe du mandarin qui savait tout et n’avait à se justifier de rien. Néanmoins cela aboutit à présent à remettre fréquemment en question le processus diagnostique et thérapeutique. Le patient doute de son médecin et celui-ci a la désagréable impression de se sentir continuellement jugé par des personnes qui n’ont pas le niveau de connaissance et d’expérience qu’il a lui-même acquis.

Laurent :
Une partie de l’enjeu essentiel se situe justement ici. Pour ma part, je reste persuadé que le citoyen doit en premier lieu se prendre en charge autant que faire se peut et réserver la voie “médicale lourde” à ce qui le dépasse vraiment. Il faut donc dépasser ce stade dans lequel l’information du patient devient un problème pour le médecin, mais à l’inverse permettre d’établir une collaboration où le patient et son médecin travaille ensemble à la résolution d’un problème.

Tous ces constats expliquent un tant soit peu la réelle difficulté actuelle à trouver une saine relation thérapeutique entre prestataire de soins et patients.

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières de la série : ici

Prochain article : Les caisses d’assurance prises dans un conflit d’intérêt patent ?

(1) www.letemps.ch…chuv-medecins-passent-trois-plus-devant-ecran
(2) www.fmh.ch/files/pdf16/SAEZ18 Jahresbericht Gutachterstelle 2014 F.pdf
(3) “smarter medecine : la liste Top 9 de la SSMI” in Bull.méd Suisses 2017;98(24)763-764

Des politiques otages de leur propre créature ?

Cinquième article de la série estivale “politique de santé”

Pendant des décennies, la santé a été un problème individuel, bien souvent pris en charge par des herboristes ou des barbiers, puis, avec l’avènement d’une médecine plus scientifique et donc plus onéreuse, les communautés ont compris l’intérêt de se regrouper pour partager les frais de soins et ont créé des assurances collectives de santé. Le monde politique d’alors n’avait qu’à approuver les remboursements de déficit des hôpitaux publics, peu nombreux, de cette époque.

Dès l’instant où le peuple suisse a accepté le principe de l’assurance obligatoire de soins pour tous et l’a ancré dans un article constitutionnel, cette santé mutualiste est de fait devenue un des objets du travail politique qui, rappelons-le, est au service de la communauté pour en gérer les revenus de l’impôt au profit du plus grand nombre.

Or, gérer la santé, c’est s’exposer à la population toute entière. En effet nous sommes ou serons tous confrontés à un problème de santé à un moment de notre existence, et à ce moment là nous oublierons immédiatement les principes que nous voulions inculquer aux autres : économicité, rationalisation des filières de soins, réflexion commune avant d’engager des traitements lourds.

politique otage phase 1Merci à Maika pour sa participation

Pour le monde politique il en va de même : lorsqu’il faut prendre une décision lourde de conséquences émotionnelles pour la population, mais justifiée par ces principes d’économicité et de rationalisation, le politicien qui souhaite se faire réélire va chercher à procrastiner et à remettre la responsabilité sur d’autres. Les seuls qui ont décidé, en leur âme et conscience, de prendre des décisions difficiles : fermeture de sites, regroupements de maternités par exemple, ont été sanctionnés dans les urnes et disparu du paysage politique. Les exemples dans le canton de Neuchâtel nous le rappellent avec des conseillers d’État tels que M. von Wyss ou Mme G. Ory.

Dans un monde idéal, le porteur d’un mandat électif devrait prendre ses décisions sans aucune arrière pensée ni électoraliste ni de retour d’ascenseur dû à tel lobby ou tel autre. Pour s’en approcher un tant soit peu, il conviendrait de commencer par changer des éléments clefs de notre système démocratique.

Blaise :
Une révolution devrait avoir lieu au niveau de la durée des mandats politiques : ceux-ci devraient être plus longs mais ne plus être renouvelables pour une fonction définie, cela permettrait enfin à nos politiciens de prendre des décisions justes, inévitables, mais totalement impopulaires sans aucune arrière pensée électoraliste.

Laurent :
Pour la part majoritaire de nos erreurs ou atermoiements politiques ne puisent sa source qu’à une seule réalité : la totale irresponsabilité pour ne pas dire impunité de nos élus. La non ré-élection représente la seule sanction à laquelle un élu s’expose. Des erreurs de gestion gravissimes, qui conduirait un chef d’entreprise devant un juge, ne portent nullement à conséquence pour leurs auteurs, dès lors qu’ils sont démocratiquement élus. Un changement, même modéré et avec toutes les cautèles appropriées, sur cet aspect précis transformerait le mode de travail de nos élus pour le bien de tous et pas seulement dans le domaine de la santé.

Malheureusement, force est de constater que nous ne vivons pas dans un monde idéal et que visiblement aucun signe n’apparaît à l’horizon qui irait dans un tel sens.

Dès lors, qui paye commande dit-on. Le politicien de milice, pris entre le marteau des donateurs de sa dernière campagne, et l’enclume de sa ré-élection espérée doit persuader les électeurs du bien-fondé de ses décisions tout en évitant l’irritation de ses mécènes. On sait par expérience que la difficulté de cet exercice grimpe avec l’importance des enjeux et non pas tellement avec la solidité du raisonnement à l’inverse de ce que nous devrions voir dans un monde idéal.

politique otage phase 2

Lorsqu’il se rajoute à tout ceci une émotionnalité exacerbée combinée à une matière hautement complexe jetant dans des controverses multiples les meilleurs spécialistes eux-mêmes, on comprend aisément que les politiciens sensés réguler le système se trouvent en réalité presque complètement désarmés.

Aujourd’hui le lobby de la santé en général, voir plus précisément encore celui des assurances-maladies, démontre à chaque décision du parlement sa puissance presque sans limite. Citons par exemple la décadence du droit manifeste lorsqu’on accorde aux assurances-maladies le pouvoir de lever les oppositions aux commandements de payer qu’elles ont émis devenant de facto juge et partie en contradiction d’un principe fondateur du droit tel que nous le connaissons dans nos démocraties.

Nous nous éloignons de plus en plus du but idéalisé initial, à savoir de garantir des soins de qualité à tous. Aujourd’hui, cette fameuse Lamal réussit même à pousser dans la précarité la frange la plus modeste de la population mais juste en dessus des minimas sociaux et donc n’ayant pas droit aux prestations complémentaires et autres aides comparables et comble du paradoxe celle-ci se voit dès lors contrainte de renoncer à des soins ou une meilleure qualité de vie garante aussi d’une meilleure santé. [1]

Face à une telle réalité, si la classe politique disposait d’une réelle liberté d’action, cela fait longtemps qu’une réaction forte se serait imposée d’elle-même. La glissade continue du système vers le toujours moins acceptable le prouve sans ambages : la classe politique est devenue l’otage de sa créature.

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières de la série : ici

Prochain article : Le personnel soignant peut-il encore jouer son vrai rôle ?

[1] émission RTS Temps Présent du 2 mars 2017 « Assurance maladie, ceux qui ne peuvent plus payer »

Des “patients” impatients aux attentes irréalistes ?

Quatrième article de la série estivale “politique de santé”

Durant des décennies, le monde médical a bénéficié d’une aura certaine lui offrant un statut de quasi infaillibilité, tant dans ses diagnostics que dans ses prises de décisions thérapeutiques. C’était l’époque des mandarins universitaires qui géraient leurs services comme des détachements militaires, avec, à leur disposition, du personnel corvéable à merci, aux ordres, n’ayant aucune possibilité d’intervenir dans les décisions du « Patron ». A un niveau moindre, mais avec néanmoins tout autant de pouvoirs, la plupart des médecins de famille régnaient sur la population de ceux appelés à juste titre des « patients ». Cette époque, pas si lointaine puisqu’on peut l’estimer aller jusqu’à la fin des années cinquante, était aussi celle où naissance et mort étaient encore considérées comme des phénomènes naturels; la mort en particulier, se déroulait le plus souvent à domicile, en compagnie des diverses générations familiales, et ne représentait pas un échec thérapeutique de son médecin de famille.

Depuis les années soixante, la médecine a fait de considérables progrès scientifiques qui ont pu donner l’impression que les limites de la vie allaient pouvoir être dépassées quasi indéfiniment, certains philosophes actuels allant même jusqu’à prédire une future éternité. De plus, durant la dernière décade, le monde de l’information a fait, lui aussi, un bond considérable avec l’Internet à portée de tous, permettant ainsi à chacun de grappiller des renseignements médicaux plus ou moins pointus, mais donnant aussi lieu parfois à des interprétations fantaisistes par manque de connaissances de base physiopathologiques.

La société, elle aussi, a beaucoup changé, voyant l’émergence d’une volonté de satisfaction immédiate de ses besoins, une aspiration, dans le domaine médical, à une prise en charge sophistiquée, le désir de ne plus « souffrir » dans son corps et son âme, et la crainte absolue de la sénescence, et a fortiori de la mort.

Ces évolutions inéluctables ont ainsi transformé le « patient » du début du siècle, à la merci du diktat médical, en un consommateur « impatient », avide de nouveautés biotechnologiques et effrayé au plus haut point par sa finitude. Ceci a aussi permis, entre autre, l’émergence d’une « médecine » terriblement lucrative : les soins « anti-âge » et ceux plus généraux de « bien-être ». Dès lors il devient difficile de distinguer les prestations prises en charge par nos mutuelles, nécessitées par des affections allopathiques classiques, de celles issues de cette médecine du bien-être qui, typiquement, devraient être à charge du consommateur.

Par ailleurs, l’angoisse de la sénescence et de la mort entraîne des exigences de soins excessifs dans diverses situations où ne persiste plus aucun espoir d’amélioration et de conservation d’une certaine dignité de vivre et où seule l’acceptation de l’issue fatale serait un choix judicieux et empreint d’humanité. Tous ces exemples de dérive de consommation médicale entraînent bien entendu in fine une croissance des coûts de la santé, imputables, ceux-ci, aux seuls consommateurs de prestations médicales financées par nos assurances maladie mutuelles.

docteur V2
Merci à Amanda pour sa participation

Cette évidence nous amène à une seconde question encore plus incorrecte politiquement : les limites de notre système mutualiste.

Il est actuellement parfaitement établi qu’une bonne part des affections touchant notre population occidentale sont la conséquence directe d’un mode de vie inadéquat. Néanmoins, et ceci pour des raisons purement économiques, nos gouvernements répugnent à légiférer sur certaines toxicités sous le seul prétexte que les industries qui les produisent créent des emplois et génèrent des produits fiscaux. Prenons l’excellent exemple du tabagisme. Une récente étude de l’OMS [1] a montré que cette industrie du tabac coûtait plus de 1000 milliards ( vous avez bien lu mille milliards!!!) de dollars par an ( oui, par année!!!)) à nos économies car l’on s’est enfin décidé à tenir compte non seulement des dépenses de santé mais aussi des coûts engendrés par la perte de productivité due aux malades et aux morts précoces engendrées par le tabagisme. Dans le même temps cette étude démontre que les taxes sur le tabac rapportent environ 270 milliards de dollars par an. Ainsi le tabac coûte aux états quatre fois plus qu’il ne lui rapporte de taxes ! Un jour viendra peut-être où l’on imposera aux tabatiers de payer l’intégralité de ce qu’ils nous coûtent. Le même constat pourrait, de toute évidence,être établi avec l’industrie agroalimentaire qui est le vecteur principal de l’épidémie de maladies métaboliques qui frappe de plein fouet nos économies, avec son cortège d’obèses, d’hypertendus, de diabétiques et d’artériopathes. Or il n’y a que peu de restrictions publicitaires pour la junk food, des distributeurs de sucreries hypercaloriques se trouvent dans toutes les gares et d’autres lieux publics, l’alcool reste une valeur sûre de nos pays, tout cela au nom de cette sacro-sainte liberté du commerce. Or ce mode de vie n’est pas une fatalité et ceux qui cherchent à s’en détourner, qui se forcent à faire du sport et à trouver un équilibre alimentaire vont probablement un jour se révolter contre une mutualité qui n’incite personne à éviter ces maladies de notre société consumériste, et réclamer des primes maladies modulées en fonction des efforts personnels fournis….

Cet état de fait nous amène encore plus loin dans cette réflexion hautement incorrecte politiquement parlant : le rationnement des soins dans certaines situations des extrêmes de la vie. Est-il réellement judicieux de développer des infrastructures hautement dispendieuses pour tenter de réanimer des « enfants » de 26 semaines de gestation, voire moins ? Particulièrement lorsque l’on sait que ceux qui survivront le feront au détriment de nombreuses séquelles [2] qu’ils auront à subir leur vie durant et dont les coûts générés seront, accessoirement, pris en charge par la collectivité mutualiste… Est-il raisonnable de s’acharner auprès de très grands vieillards que l’on décide d’opérer à cœur ouvert pour une qualité de survie détestable. Il est temps de ne raisonner plus qu’en terme de qualité de vie et de dignité humaine et non plus en terme de temps de survie. Gagner trois mois de survie dans de terribles conditions suite à un traitement lourd chimio-thérapeutique pour un cancer terminal est-il préférable à une fin de vie « écourtée » auprès des siens ? Là aussi, on trouve manifestement des possibilités d’économies certaines dans le domaine de la santé.

Les patients ne portent pas seuls la responsabilité de la dérive du système, loin s’en faut, mais s’ils veulent éviter de se retrouver victimes d’une situation ayant atteint un point de non-retour notamment en termes économiques, ils ne pourront faire l’impasse d’une reprise en main de leur propre santé. Pour rappeler une formule connue parfaitement d’actualité ici : quitter le stade de consommateurs pour devenir des consom-acteurs responsables.

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières de la série : ici
Prochain article : Des politiques otages de leur propre créature ?

[1] www.who.int/mediacentre/news/releases/2017/no-tobacco-day

[2] www.liberation.fr/france-archive/2008/03/07/grands-prematures-une-vie-au-prix-de-sequelles66741

Il a bon dos le vieillissement !

Troisième article de la série estivale “politique de santé”

On nous répète à longueur de débat que la hausse des coûts de la santé proviendrait essentiellement voire presque exclusivement du vieillissement de la population, car les 2 dernières années seraient celles de tous les coûts à défaut d’être celles de tous les dangers.

Appliquant un peu de logique à cette affirmation, nous restons alors bien songeurs. En effet, si ce sont bien les deux dernières années qui coûtent si chères, en quoi la prolongation de l’espérance de vie peut-elle changer quelque chose ici ? Les deux dernières années restent bien les deux dernières, que l’on vive 70, 80 ou 100 ans. Comme de surcroît, on nous bassine que nous vivons mieux plus longtemps pour rendre les hausses de prime moins insupportables, on voit mal comment on pourrait encore réconcilier l’incohérence entre ces deux affirmations et la froide réalité des hausses massives de prime au fil du temps.

vieille et prince LamalMerci à Amanda pour sa participation

Il suffit d’ouvrir un peu les yeux pour voir que cette posture tient plus du mantra martelé pour cacher ce qui gêne que de quoi que ce soit d’autre.

En discutant avec des oncologues en fin de carrière, ils nous avouent leur désarroi de voir des patients de plus en plus jeunes dans leur salle d’attente. Les jeunes femmes payent un tribu très lourd au cancer du sein alors qu’auparavant cette pathologie, si cruelle, se concentrait sur la classe d’âge au-delà de 50 ans. Chaque grand hôpital universitaire possède maintenant une section d’oncologie pédiatrique, ce qui aurait paru inconcevable il y a seulement 30 ans. Une étude publiée sur The Lancet en 2004 déjà montrait que l’on trouve la plus forte progression des cancer auprès des enfants et adolescents [1]. Une autre étude plus récente encore démontre une accélération de cette tendance [2].

On commence maintenant de trouver dans les EMS des patients n’ayant même pas encore atteint l’age de la retraite. Une exploitante d’EMS ayant chargé un des deux présents co-auteurs de lui organiser la remise de son commerce lui expliquait qu’il s’agissait d’une nouvelle réalité encore jamais expérimentée et que les structures devaient être repensées pour la prise en charge de ces nouveaux cas.

Pour paraphraser Lénine « les faits sont têtus », manifestement quelque chose ne fonctionne plus correctement au niveau de notre société, et notre santé générale s’en ressent.

On suspecte la pollution sous toutes ses formes d’avoir une part de responsabilité importante ici. l’OFSP estime que le coût induit de la seule pollution de l’air sur la santé pourrait atteindre 6 milliards de CHF soit quasiment 10% du coût total de la santé. On peut également imaginer que la masse de molécules chimiques variées que l’on retrouve dans l’eau ne doit pas être innocente non plus.

Citons comme exemple un tabou pour lequel maintenir un débat serein et non partisan s’avère vite très difficile : les hormones dérivées des pilules consommées par nos compagnes impactent gravement la vie aquatique. Or cette eau, nous la consommons jour après jour. Imaginer qu’elles puissent avoir des effets aussi visibles sur la santé de la faune aquatique et que, sans jeu de mot, nous passerions entre les gouttes ne peut être considéré comme crédible.

Définitivement non ! Ceux qui se cachent derrière le vieillissement de la population pour tenter de justifier la frénésie haussière des primes LAMAL, refusent juste de voir la réalité en face. Le problème se révèle beaucoup plus global et de nombreux tabous, comme la pollution sous toute ses formes, les industries irresponsables (malbouffe, tabac, …), la surconsommation médicale, et tant d’autres devront impérativement tomber, faute de quoi, et quelque soit les mesures cosmétiques prises, le système ira vers une implosion à brève échéance.

 Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières de la série : ici
Prochain article : Des “patients” impatients aux attentes irréalistes ?

[1] Geographical patterns and time trends of cancer incidence and survival among children and adolescents in Europe since the 1970s (the ACCIS project): an epidemiological study, Dr. Eva Steliarova-Foucher et all, The Lancet, décembre 2004

[2] Cancer cases in children leap by 40% in 16 years, K. Spencer, Sky News, septembre 2016

Santé : une catastrophe programmée?

Deuxième article de la série estivale “politique de santé”

La dernière augmentation des primes d’assurance maladie en 2016, doublée d’une annonce de hausses potentielles encore plus lourdes en 2017, nous oblige à certaines réflexions. En effet, depuis l’introduction de la LAMAL en 1992, les primes ont été multipliées par un facteur de l’ordre de 4 à 5 alors que le renchérissement selon l’OFS (Office Fédéral de la Statistique) durant la même période n’indique qu’une hausse de 1.17. Ce dernier facteur, presque insignifiant par rapport celui de la LAMAL seule, intègre paradoxalement également celui-ci pour une part. On en conclut facilement que la hausse LAMAL est réellement en train de capter une part toujours plus importante du revenu des ménages.

Au niveau global, les coûts totaux ont récemment dépassé les 70 milliards par année dont schématiquement 50% sont couverts par les primes et le solde par l’État au travers de l’impôt, et par les patients eux-mêmes avec leurs payements de franchise et de quote-part.

Il semble que pour la première fois nous sommes entrés dans une zone douloureuse car des sondages ont montré que jusqu’à 30% des citoyens exprimaient à présent le désir que la LAMAL cesse d’être obligatoire, alors que jusqu’à récemment encore cette fraction de la population restait parfaitement négligeable.

prob croiss primesSource : OFSP + OFS + Bon à Savoir

Cette nouveauté ne puise sans doute pas seulement son explication dans le montant des primes, mais également dans le fait qu’un nouveau discours s’est fait jour. En effet, depuis l’introduction de la LAMAL, ses promoteurs ont toujours affirmé haut et fort que celle-ci allait permettre de juguler “bientôt” la hausse des coûts de la santé. Or, de promesses non tenues en dépassements massifs répétitifs, il a bien fallu l’admettre : l’évolution des coûts ne va pas vers une stabilisation, mais au contraire vers une aggravation des hausses annuelles. Entre le moment où nous avons commencé la rédaction de ce texte et celui de sa parution, soit quelques petites semaines, de nombreux événements publiques sont survenus et montrent que l’enjeu principal se situe maintenant à ce niveau du coût supportable par les ménages. On citera l’annonce de la prochaine hausse des primes prévisible pour 2018 par SantéSuisse de vendredi dernier, ou encore celle de la prochaine initiative du PDC pour tenter de juguler quelque peu la dite hausse.

Le monde politique se borne le plus souvent à expliquer cet état de fait par le vieillissement inexorable de la population ainsi que par les excessives prétentions salariales des prestataires de soins. Ainsi, les principales mesures politiques ont-elles tout simplement cherché à baisser le revenu des médecins : depuis son introduction, en 2002, la valeur du point Tarmed n’a pas augmenté, au contraire, elle a baissé dans plusieurs cantons alors que dans le même temps l’IPC croissait, lui, de 4,7%. Cela ne suffisant bien entendu pas, l’attaque suivante a ciblé le laboratoire de ce même praticien dont le prix du point a été laminé, puis ce fut la marge bénéficiaire des pharmaciens, la valeur à la baisse du point des physiothérapeutes, sans oublier l’introduction des forfaits hospitaliers par cas qui n’ont abouti qu’à une augmentation considérable de la part des soins effectuée en ambulatoire, soins qui sont payés eux, faut-il le rappeler, uniquement par les assurances maladie et les patients eux-mêmes… Ces mesures de « rationalisation » n’ont eu jusqu’à présent aucune efficacité sur la spirale inflationniste des coûts helvétiques de la santé. Il convient donc de chercher d’autres causes, dans des domaines beaucoup plus incorrects politiquement parlant : tant sociologiques que philosophiques.

Dans cette réflexion, nous voulons parcourir dès lors des thèmes aussi sensibles que la peur de la mort, les raisons profondes des scandales médicaux à répétition, les conflits d’intérêts existant entre l’industrie et ceux sensés la contrôler, les motivations à court terme des carriéristes politiques les conduisant à privilégier des mesures cosmétiques, et enfin le rôle trouble des caisses maladie.

A l’heure actuelle, notre pays mobilise plus de 11% de son PIB annuel pour la santé. Au vu de son caractère obligatoire, on peut comparer ce coût à un supplément de fiscalité, or on sait par l’expérience qu’à partir d’un certain seuil de prélèvement, les rouages de l’économie se grippent. Nous ne pourrons dès lors pas faire l’impasse d’une remise en cause de certains aspects qui nous semblent pourtant aujourd’hui non négociables. Ce sujet appartenant simultanément aux plus clivants du paysage politique ainsi qu’à la sphère intime de chacun, le débat est régulièrement pollué par des positions dogmatiques, sans même parler de l’influence toujours grandissante des acteurs économiques de la santé.

Par ailleurs, la question ne se limite pas aux seuls aspects économiques. En effet, on l’oublie trop souvent mais quand on parle du rapport coût – bénéfice d’une thérapie, on ne pense pas prioritairement argent dépensé et/ou investi, mais bien effets secondaires et qualité de vie versus amélioration recherchée de l’état du patient.

Les réactions épidermiques à certaines études récentes (comme par ex. l’évaluation critique du rapport coût-bénéfice du dosage PSA systématique – cancer de la prostate – ou en parallèle chez la femme celui d’une politique de mammographie intensive dès un certain âge – cancer du sein -) prouvent que certains thèmes relèvent du tabou absolu, alors qu’une analyse non partisane des éléments démontrés par ces études permettrait de corriger le tir maintenant plutôt que devoir « jeter le bébé avec l’eau du bain » plus tard.

Aujourd’hui, nous aimerions établir que seule une analyse en profondeur des responsabilités propres à chacun des divers acteurs impliqués peut permettre une avancée réelle à même d’éviter une arrivée dans une impasse économique, médicale, politique, ainsi que philosophique.

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières de la série : ici
Prochain article : Il a bon dos le vieillissement de la population!

En préambule un petit mot d’explication

Premier article de la série estivale “politique de santé”

On attaque en douceur en vous présentant nos motivations profondes et leurs justifications ou tout au moins origines.

Blaise :

Médecin confronté depuis de nombreuses années à la difficile politique de santé de notre pays,- avec toute la charge émotionnelle et les implications éthiques que cela représente-, j’ai eu grand plaisir à échanger des points de vue à ce propos avec Laurent ; au début lors de débats contradictoires de nos campagnes politiques respectives, puis lors de réunions informelles et amicales. Qu’il soit ici remercié de son ouverture d’esprit et félicité de sa curiosité scientifique insatiable.

Certes nous ne sommes pas toujours sur le même diapason dans divers domaines, mais nous avons en commun une forte volonté de rechercher, sans aucun tabou et avec même une réelle jubilation iconoclaste, des pistes pour tenter d’affronter les « tempêtes sanitaires » qui sont très prochainement programmées dans notre pays.

Laurent :

Si mes lecteurs habituels pourront être un peu surpris de me découvrir en train de m’aventurer dans le domaine de la santé, ceux qui me connaissent plus personnellement savent que cette thématique m’intéresse fortement. Elle touche en effet des questions éthiques, morales, scientifiques, ou encore économiques, toutes essentielles pour elles-mêmes, mais qui, plus encore, réunies conduisent à une réflexion sur la durabilité de nos sociétés.

Cela fait longtemps que j’échange avec des médecins qui me présentent un tableau bien différent de l’image bisounours présentée par les médias, mais qui refusent de s’investir dans une vraie remise en question du système préférant privilégier leurs carrières personnelles. Lorsque j’ai rencontré l’invité de ce thème, Blaise Courvoisier, nous étions adversaires dans une campagne pour les élections fédérales. Blaise, et même si nous assumons nos différences voire peut-être divergences, m’a montré son ouverture d’esprit, sa capacité de dialogue et sa volonté de réfléchir à un problème qui peut paraître encore un peu lointain, mais qui va s’approcher rapidement. Dans tout les cas, je le remercie ici chaleureusement pour sa participation.

On ne peut exclure que sur certaines questions nous ne puissions trouver un consensus mais devions proposer des points-de-vues alternatifs. Cela ne doit pas être considéré comme un échec, car dans un domaine habité par d’aussi forts champs de tension que la médecine ou santé, seul celui qui reste au niveau des banalités les plus grisâtres ne choquera jamais personne.

thermometre malade

Ensemble :

Notre but n’est pas de choquer pour choquer. Ne pensez pas que nous sommes sans cœur lorsque par ex. nous posons la question de savoir si certains soins ne vont pas trop loin. Un traitement médical apporte des bénéfices, mais il induit souvent aussi des souffrances post-opératoires ou des effets secondaires à long terme. Oser questionner le résultat global au lieu de pratiquer une politique interventionniste sans discernement montre certainement plus de compassion humaine que le contraire.

L’ensemble des articles à paraître forme un tout cohérent. Nous ne pensons pas qu’un acteur plutôt qu’un autre porte l’entier de la responsabilité de la dérive du système. Actuellement, les assureurs rendent les patients consommateurs responsables, les médecins le politique, les politiques le vieillissement, les patients les assureurs, et ainsi de suite. Et si une fois, on se décidait à observer l’ensemble du tableau plutôt que juste le dernier coup de pinceau ?

Bio express

Blaise Courvoisier est né le 13 juin 1955. Après une formation en chirurgie générale, il a travaillé en cabit de groupe chirurgical et est aussi devenu le Président du Conseil d’Administration de la Clinique de la Tour à La Chaux-de-Fonds durant de nombreuses années. Cette activité ayant pris fin en 2013, il apporte ses compétences de soignant à temps partiel au bénéfice de la KFOR (OTAN).

Laurent-David Jospin, né le 25 février 1967, a participé à la création du parti Vert’Libéral Neuchâtelois en 2012 en tant que membre-fondateur. Il défend sa vision d’un monde plus durable et plus libre au travers de son blog www.ouvrirlesyeux.ch depuis 2013.

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Table des matières : ici
Prochain article : Santé : une catastrophe programmée ?

Et quand c’est la politique de santé qui est malade, on fait quoi au juste ???

Pour accompagner mes lecteurs durant leurs vacances estivales, nous vous avons concocté non pas un article ni même deux ou encore trois, mais bien toute une série sur le thème de la santé à comprendre comme la politique de santé au sens le plus large possible.

Un invité m’accompagne durant ces quelques semaines, à savoir Blaise Courvoisier chirurgien très apprécié à La Chaux-de-Fonds notamment. Sa présence permettra d’élargir le débat en incluant une vision complémentaire à la mienne.

Et pour rentrer dans le vif du sujet, voici à quoi vous attendre sous la forme d’une mini-table des matières :

En préambule un petit mot d’explication

Publication réalisée  le 10.7.2017

Santé : une catastrophe programmée ?

Publication réalisée le 21.7.2017

Il a bon dos le vieillissement de la population !

Publication réalisée le 30.7.2017

Des “patients” impatients aux attentes irréalistes ?

Publication réalisée le 10.8.2017

Des politiques otages de leur propre créature ?

Publication réalisée le 21.8.2017

Le personnel soignant peut-il encore jouer son vrai rôle ?

Publication réalisée le 1.9.2017

Les caisses d’assurance prises dans un conflit d’intérêt patent ?

Publication réalisée le 10.9.2017

L’industrie lancée dans une fuite en avant sans fin ?

Publication réalisée le 20.9.2017

Les pharmas nous veulent-elles vraiment du bien ?

Publication réalisée le 30.9.2017

Comment imaginer un système de santé durable ?

Publication réalisée 10.10.2017

Cette table des matières sera mise à jour à chaque publication d’un post  avec le lien direct et vous permettra donc de tout retrouver rapidement.

En espérant avoir éveillé votre intérêt …

Blaise Courvoisier et Laurent-David Jospin

Stratégie énergétique 2050? Nous avons déjà perdu trop de temps!

La stratégie énergétique 2050 soumise au vote à la population helvétique représente le minimum absolu du point de vue protection de l’environnement pour nous-mêmes et nos descendants. Les expériences des campagnes récentes ont montré que certaines forces s’opposent par principe à tout ce qui pourrait rendre nos sociétés un peu plus durables. D’une certaine manière, nous ne serons dès lors pas tellement surpris des mensonges proférés par les adversaires du changement. On doit toutefois malgré tout s’étonner de la courte vue de certains qui prônent l’indépendance de notre pays ou la santé de son économie, et qui foulent ici joyeusement leurs propres principes.

Il semble bon de remettre en pleine lumière quelques vérités essentielles.

En premier lieu, nous savons aujourd’hui que les modifications nécessaires pour maintenir le réchauffement de la planète sous les 2°C devront aller sensiblement plus loin que ce qui nous est proposé aujourd’hui. Une palette de chercheurs internationaux vient de publier une étude démontrant que, non seulement il conviendra de décarboner nos économies, mais également de créer des puits de carbone colossaux, pour réussir à tenir les engagements pris lors de la COP21 à Paris. La Suisse faisant définitivement partie des pays les plus riches de la planète, elle ne saurait se soustraire à sa juste part du problème. Dans le cas contraire, nous verrons d’ici quelques années une répétition du scénario du secret bancaire, où faute d’avoir agi à temps, la douloureuse grimpera à bien plus qu’il n’eut été nécessaire.

str 2050 étapes

Les énergies renouvelables se produisent en premier lieu localement. Elles représentent une richesse indigène et garantissent notre autonomie et partant contribuent à notre indépendance. Chacun comprendra aisément que si les négociateurs des relations avec nos voisins les plus directs doivent en plus intégrer dans leur cahier des charges que notre approvisionnement énergétique doit être assuré par ou à travers nos voisins, leur tâche, déjà fort complexe, le deviendra encore plus. Ceci conduira donc inévitablement à devoir lâcher du lest là où on ne l’aurait pas voulu. Préserver notre capacité à nous auto-satisfaire sur le plan énergétique équivaut à défendre aussi notre liberté.

On ne délocalise pas une centrale solaire, une éolienne ou une centrale à biomasse ! Le travail induit par ces diverses activités reste donc chez nous. On parle ici de proportions réellement significatives dans la chaîne de valeur. On pense bien sûr à l’installation, mais il ne faut pas oublier la conception, la maintenance, ainsi qu’une part importante des composants comme les câbles, les transformateurs, et autres équipements certes périphériques mais néanmoins indispensables.

En outre, les marchés liés aux énergies vertes ou encore l’efficience énergétique explosent littéralement sur le plan mondial. Nos universités et écoles d’ingénieur ont longtemps monopolisé la pointe de la recherche dans ces domaines. Mais voilà, faute d’avoir un marché domestique suffisamment dynamique, nous prenons actuellement du retard notamment sur nos concurrents les plus directs comme l’Allemagne ou encore l’Autriche.

L’Allemagne profite d’ailleurs immensément de son fameux EEG – Erneuerbare Ernergie Gesetz. C’est totalement à tort que les détracteurs de tout progrès environnemental vilipendent, sous prétexte de coûts trop élevés, la politique menée en Allemagne, car non seulement l’effet stimulus a permis à ce pays de présenter d’excellents chiffres sur sa croissance depuis son introduction, mais de surcroît les industries vertes allemandes trustent actuellement, et sans doute pour longtemps encore, les marchés d’exportation du domaine. En réalité, notre grand voisin s’offre une transition énergétique largement payée par sa clientèle internationale.

Opposer le fossile comme soi-disant source de prospérité aux énergies renouvelables prétendument synonyme de privation et autre douche froide prouve juste le peu de sérieux de l’argumentaire. Dans le pays de Donald Trump, grand apôtre de la relance économique par les subventions au charbon, on constate simplement que le nombre d’emploi dans le solaire représente déjà le double de ceux du charbon justement !

Autant pour le bien de l’environnement, de notre économie, et de notre indépendance, il faut espérer que la population enverra un signal clair en votant oui le 21 mai à la stratégie énergétique.

Laurent-David JOSPIN

Source(s) :
SCIENCE AAAS, A roadmap for rapid decarbonization, Johan Rockström, Owen Gaffney, Joeri Rogelj, Malte Meinshausen, Nebojsa Nakicenovic, Hans Joachim Schellnhuber, Stockholm University, The Royal Swedish Academy of Sciences, International Institute for Applied Systems Analysis, ETH Zurich, Potsdam Institute for Climate Impact Research, Australian-German Climate and Energy College, School of Earth Sciences, University of Melbourne
WWW.FORTUNE.COM, In U.S., there are twice as many solar workers as coal miners, Kirsten Korosec

La raison des lobbies est-elle toujours la meilleure ? Petit discours sur l’intérêt général

Préambule :

Courant septembre 2016, la plupart de mes lecteurs s’en souviennent certainement encore, nous nous étions associés avec René Longet pour dénoncer les mécanismes utilisés par une minorité agissante pour bloquer toute avancée réelle dans l’ensemble des domaines concernés pour la mise en place d’une économie durable. Trois articles avaient été rédigés et aimablement publiés par Le Temps les 16, 20 et 21 septembre 2016 (vous trouvez les liens sur les publications originales à la fin de l’article). Nous avions prévu de regrouper ces 3 parties pour en faire une publication web propre. La votation sur la stratégie énergétique 2050 s’approche et le moment semblait donc opportun de concrétiser ce projet. La version que vous trouverez ici a été légèrement remaniée notamment pour mieux coller à l’actualité du jour.

Les deux auteurs de la présente réflexion, tout deux fortement engagés sur les questions environnementales mais appartenant à des familles politiques différentes, souhaitent apporter un regard nouveau sur la problématique liée à la constitution d’une majorité stable permettant de transcender les clivages et les manipulations contraires à l’intérêt général provenant d’une minorité très agissante.

Cette collaboration avec une personnalité d’une autre famille politique représente à la fois un challenge autant qu’un exercice salutaire, mais elle force à approfondir sa pensée, ce qui en cascade permet de mieux défendre les vrais points fondamentaux. Avec mon co-rédacteur, nous gardons nos convictions personnelles, un peu plus de régulation pour mon alter ego, un peu moins pour moi, mais au final notre légitime inquiétude commune nous réunit pour essayer d’aller plus loin. Vous pouvez certainement vous attendre à ce que nous récidivions . peut-être même pour la campagne qui s’annonce tout soudain .

Lutter contre la manipulation !

Aujourd’hui sur la plupart des thèmes liés à l’environnement incluant par exemple la bio-diversité, le réchauffement climatique, ou l’épuisement des ressources naturelles, il devient de plus en plus clair qu’une réelle majorité existe souhaitant une action efficace des décideurs économiques et politiques. Or manifestement, les propositions concrètes subissent trop fréquemment des échecs en votation populaire ou passent la rampe avec d’énormes difficultés et compromis les vidant souvent d’une part importante de leurs substances. Comprendre le mécanisme sous-jacent est essentiel, si l’on veut arriver à un résultat suffisant dans des délais permettant à l’humanité d’éviter les conséquences les plus graves.

Health_effects_of_pollutionEt si population prenait conscience qu’elle joue sa propre vie?

 Diviser pour régner ?

Une observation attentive de cette majorité montre qu’elle transcende les clivages partisans. Schématiquement, on pourrait répartir la population en trois tiers, dont un premier tiers s’oppose à toute idée de changement, et deux tiers souhaitent le changement mais sont répartis en deux moitiés dont une à sensibilité de droite voudrait faire peser, tout au moins majoritairement, l’effort sur l’engagement volontaire tant des producteurs que des consommateurs, et l’autre au contraire dite plutôt de gauche, préconisant de passer par la législation et la prescription étatique.

La minorité niant la nécessité de l’action a dès lors une autoroute devant elle en opposant les deux composantes de la majorité. L’effort risque d’impacter les ménages les plus faibles ? Les opposants au changement en prennent prétexte pour saper la proposition. Dans le scénario inverse, on brandit la menace d’un affaiblissement de l’économie et d’une montée du chômage. Quelle que soit la variante, nous nous retrouvons au final avec une majorité négative obtenue par une véritable manipulation de l’opinion.

Cette construction à la fois artificielle et de circonstance bloque ou ralentit gravement tout progrès significatif. Lors de deux votations récentes, sur l’économie verte et la sortie du nucléaire, les adversaires ont joué la double partition en affirmant simultanément que les ménages et les entreprises allaient être lourdement impactés alors que cette affirmation, matraquée à coup de millions dépensés en affichage mensonger, occultait la nécessité urgente de changer de modèle de développement et oubliait que le bilan en termes d’emplois non délocalisables se révèle nettement meilleur dans une économie dite verte ou à travers les économies d’énergie, la réparabilité et les énergies renouvelables et décentralisées. Ainsi les changements indispensables et bénéfiques à tous points de vue, mais qui ne trouvent pas grâce devant les lobbies du court terme et à courte vue, sont systématiquement bloqués.

continent plastique 1Le fameux continent de plastique, bien connu, désastreux pour les chaînes alimentaires, et pourtant négligé au détriment de la nature jusqu’à et y compris notre propre santé

En arrière-plan : les intérêts économiques particuliers et le pouvoir

Malheureusement, les acteurs économiques dont le rôle et l’importance pourraient le plus être remis en question sont aussi ceux qui détiennent la plus grande capacité financière pour s’opposer à tout changement. On sait depuis plusieurs années que les énergies fossiles bénéficient en réalité de subventions et d’investissements plus élevés que ceux accordés aux renouvelables notamment compte tenu des conséquences dommageables non assumées. Un tel constat aurait dû conduire à une action immédiate. Allant exactement dans le sens contraire de ce qui semblerait être de la simple logique, on a même entendu récemment un ex-conseiller fédéral, prétendument partisan d’une autonomie accrue du pays face à l’étranger, réclamer que l’énergie nucléaire, énergie non suisse par excellence, soit subventionnée puisque pas rentable… Le meilleur commentaire que nous puissions proposer repose sur le diagramme ci-dessous : ceux qui affirment que les énergies renouvelables coûtent trop chères mentent éhontément, car c’est bien le contraire qui est vrai.

transparencyL’exemple américain est éloquent : si on exclut les bio-carburants tirés du maïs car très problématiques, on constate que les allégements ou aides directes privilégient les énergies sales d’un facteur supérieur à 4 et ceci toujours sans prendre en compte les dommages générés!

En outre, la question ne se résume pas à ses aspects économiques. Celui qui livre l’énergie détient un pouvoir évident. Or voilà, une partie de la solution passe également par plus de production et consommation autonome. Cette auto-responsabilisation n’arrange pas certains bénéficiaires des monopoles actuels qui dès lors profitant de leurs positions présentes  influencent les lois et les règlements pour freiner ce mouvement. On peut certes citer des exemples qui contredisent ce qui précède, mais il n’en reste pas moins que ceux des acteurs majeurs de l’énergie s’engageant dans une telle voie portent une immense responsabilité dans les retards pris sur la nécessaire transition énergétique. Dans certains cas, les collectivités publiques deviennent elles-mêmes complices, plus ou moins malgré elles, de ce phénomène, car elles sont souvent des actionnaires majoritaires de ces entités (ex. EDF en France).

Prendre conscience des manipulations

Ceux qui entendent défendre l’environnement au sens large, peu importe que la motivation soit de laisser une terre viable à nos descendants ou une préoccupation plus locale et individuelle, doivent prendre conscience de cette manipulation répétée à de multiples fois, qui dénature profondément notre démocratie directe dont nous sommes à juste titre fiers.

Un coup d’œil dans le rétroviseur nous montre que ces mécanismes de manipulation ont fonctionné à plein régime lors de deux dernières votations liées à cette thématique. Les débats ont été pollués par force contre-vérités et on a instillé la peur auprès des citoyens. Ceci doit nous inquiéter tous. En effet, le référendum sur la stratégie énergétique 2050 a abouti et on peut s’attendre à nouveau à un déferlement de moyens pour influencer citoyennes et citoyens à voter contre leur propre intérêt, notamment par un authentique matraquage au niveau publicité payante. Les défendeurs d’une évolution, encore insuffisante pour éviter la dérive du climat selon la majorité des scientifiques, seraient bien avisés de se préparer à une bataille peut-être plus rude que celle attendue.

a vous de choisirC’est à vous de choisir

Si nous voulons, ne serait-ce que tenir nos engagements minimaux comme celui de l’Accord de Paris récemment entré en vigueur (4 novembre 2016) et plus récemment encore ratifié par le Conseil national, nous devons dénoncer avec force l’achat massif des voix du peuple et à défaut de pouvoir exiger un contrôle voir un plafonnement du financement des campagnes politiques, une vraie transparence sur qui finance quoi doit devenir la règle. Il n’est pas acceptable que des lobbies puissent par des artifices créer des majorités de circonstance pour rejeter une transition énergétique si urgemment nécessaire. La réunion de toutes les composantes de la majorité plurielle appelant à la vraie prise en compte du problème climatique sera la clef des votations à venir.

Sans éthique l’action collective ne mène à rien

L’éthique dans l’exercice du pouvoir politique ou économique a préoccupé les penseurs et philosophes dès l’Antiquité, et la notion de justice, de juste part des ressources a été formulée au Moyen Age. Peu à peu, l’idée d’égalité de droits et de chances s’est imposée, à travers la philosophie dite des Lumières.

Une compréhension déficiente de l’économie pervertit l’action publique

D’autres courants de pensée ont popularisé le libéralisme sous ses multiples variantes y compris le concept de la main invisible du marché. Selon ce dernier, l’intérêt général résulterait quasi automatiquement de l’addition des intérêts individuels, et au bout du compte, aucune régulation collective ne serait nécessaire, voire deviendrait illégitime. Malheureusement, l’expérience vécue montre que cet idéal ne fonctionne guère mieux que les illusions étatistes qui se sont effondrées en même temps que le Mur. Le nœud du problème tient à un élément fondamental : la réalité des coûts doit inclure toutes les externalités soit les dommages infligés à autrui, y compris les générations futures, faute de quoi les prix sont dramatiquement faussés et donc l’ensemble du marché ; des subventions ou autres taxes incitatives ne sont que des contributions à une compensation de ce calcul tronqué de rentabilité.

Il est patent que certains trouvent confortable de privatiser les gains mais étatiser les pertes, et ce tout particulièrement en relation avec les questions environnementales relevant fréquemment du moyen et long terme. On voit justement que cette fameuse minorité régnant en divisant, s’agite précisément le plus fortement face à toute initiative cherchant à rétablir cette fameuse vérité des coûts.

Cette illusion s’est trouvée renforcée par un Occident ayant profité d’une période appelée les 30 Glorieuses, où pour la première fois l’on a connu la consommation de masse, dont nous commençons seulement à payer vraiment les conséquences environnementales. Ce modèle présentait le grand avantage de substituer à la lutte pour la répartition l’augmentation quasi automatique du gâteau, suggérant une possibilité de paix sociale par la croissance quasi infinie des biens matériels. Que cette croissance n’est pas de nature à satisfaire, une fois les besoins de base assurés, les humains (qui ne vivent pas que de pain…) et présente de graves risques environnementaux est connu au moins depuis le Rapport du Club de Rome de 1972 ! (voir image ci-dessous)

prévi club de Rome

Alors même que la compréhension du réchauffement climatique n’en était qu’à ses tout premiers balbutiements, que la diffusion à large échelle des polluants dans la chaîne alimentaire relevait encore de la science fiction, ou encore que la fuite du phosphore épandu massivement en agriculture restait superbement ignorée – mécanismes qui peuvent tout trois conduire à l’extinction de l’humanité telle que nous la connaissons –, malgré cette ignorance, ainsi que les limitations de la science de l’époque, le Club de Rome en 1972 a établi des prédictions qui se confirment décennie après décennie. Nous suivons actuellement la courbe baptisée “standard run” ou autrement dit “business as usual” avec une précision étonnante et elle nous laisse entrevoir un futur peu enviable si nous ne modifions pas radicalement notre façon de gérer les ressources planétaires.

Une nécessité reconnue : changer de cap

Depuis, les conférences internationales n’ont pas cessé, insistant à la fois sur le droit au développement (mais pas n’importe quel développement), l’universalité des droits économiques, culturels et sociaux des hommes et des peuples, et sur une autre orientation de la consommation et de la production. La notion de développement durable consignée en 1992 au Sommet de la Terre vise à inscrire les activités humaines dans les capacités de charge de la nature, reconnues comme limitées. Des analyses approfondies nous donnent indiscutabement un état de situation non réjouissant, comme le rapport bisannuel Planète vivante, édité par le WWF, la Société zoologique de Londres, le Réseau empreinte écologique globale et le Centre de résilience de Stockholm1. Et depuis deux mois maintenant un pays parmi les plus grands pollueurs de la planète a un président qui interdit à son administration d’évoquer le changement climatique (décret de Trump du 23 janvier 2017). Nous ne sommes plus dans le domaine du souhaitable mais dans un véritable combat entre irresponsabilité et fuite en avant, contre gestion des intérêts communs de l’humanité.

Les engagements des États demeureront-ils lettre morte ?

Un nouveau paradigme, un changement de cap est largement réclamé, et en principe acquis à travers diverses déclarations internationales et de nombreux textes de droit, sur les mers, la biodiversité, le climat, la désertification, l’atmosphère, etc.. Mais quelle difficulté pour passer à l’acte !

Pour quasiment chaque substance polluante, comme le mercure qui s’accumule dans la chaîne du vivant, les pesticides, dont les plus toxiques ont fini par être interdits, les PCB, ou le plomb dans l’essence, ce fut un combat homérique, du même genre que celui qui a fini par faire reconnaître le droit des non fumeurs à ne pas être intoxiqués par les fumeurs dans les lieux fermés.

A chaque fois, les lobbies économiques achetaient des experts, faisaient peur aux décideurs politiques, invoquaient la défense d’emplois qu’ils étaient les premiers à détruire quand cela les arrangeait financièrement. Peu à peu, la pollution de l’air et des eaux a pu, du moins dans les pays industrialisés, être réduite. La couche d’ozone se régénère, un des plus importants succès de la coopération environnementale internationale.

Mais sur le plan quantitatif, l’essentiel reste à faire. Des études comme celles déterminant l’indice planète vivante nous démontrent que nous surexploitons la biodiversité (forêts tropicales, océans, espèces) au point qu’on évoque une 6e grande extinction, due, pour la première fois, à une seule espèce. Le climat dérape, mettant en péril des régions entières, et causant des dommages économiques croissants. Les sols sont en danger et les ressources non renouvelables s’épuisent inéluctablement. Si bien que la question est: voulons-nous vraiment détruire les bases de notre vie, ce qui ne pourrait qu’aboutir à la lutte de tous contre tous ? A travers l’écologie, ce sont bien les valeurs humaines qui sont en jeu.

Les solutions sont connues, mais on ne les applique pas

Collectivement, les agendas sont clairement définis. Les 17 Objectifs de développement durable retenus en septembre 2015 par l’assemblée générale des Nations unies donnent une cible aux efforts et actions des humains, et en particulier au secteur privé. Y affecter 5% du PIB mondial suffirait pour relever les principaux défis de l’humanité.

Les techniques existent

Les techniques pour mieux gérer les ressources planétaires sont connues. De l’agro-écologie à la maison positive, une multitude de solutions s’offrent à nous. Tirer sa plus-value de l’entretien et non de l’obsolescence : des objets réparables, réutilisables (soit l’économie de la fonctionnalité) est aujourd’hui un modèle éprouvé. Le commerce équitable existe et montre comment concilier économie et développement social. Mais les bonnes pratiques ne se généralisent pas. Alors qu’elles créent infiniment plus d’emplois que le modèle obsolète des 30 Glorieuses qui laisse de plus en plus de monde au bord du chemin.

Les comportements ne changent pas suffisamment

In fine, la solution se retrouve dans les mains de l’individu, en tant que citoyen-ne ou consommateur/trice. Mais en même temps, cet individu hésite à changer. Il recycle, mais cela n’empêche pas le volume des déchets de croître. Il prend plus le train, mais achète des véhicules toujours plus puissants. Il fait quelques économies d’énergie, mais se réjouit de partir en week-end en vol low cost. Il parle d’environnement, mais ne veut pas redéfinir son rapport aux ressources naturelles. Les produits bio plafonnent à 8% du marché agro-alimentaire, le commerce équitable à moins encore, les énergies vertes sont à la peine, personne ou presque ne veut d’éoliennes.

Bref, sans la pression d’un fort mouvement de base, pas grand chose ne se passe. Et tant que le citoyen n’est pas informé ou vraiment contraint par la loi, un peu comme c’est le cas avec les règles de la circulation routière, rien de substantiel ne change. Pour sortir de ce cercle vicieux, nous avons en Suisse les droits populaires. Régulièrement des propositions de régulation intelligente sont soumises au peuple. Mais chacun sait qu’une votation s’achète. Et c’est là que les lobbies étouffent l’innovation dont ils ne cessent de se réclamer.

Les fausses oppositions

On oppose progrès et conservation de la nature. Or il faut les deux : le vrai progrès respecte ce qui nous fait vivre. On oppose marché et régulation. Or il faut à la fois un marché pour que consommateurs et producteurs s’ajustent à travers la rencontre de l’offre et la demande, et une régulation quand les conditions cadres sont faussées. Encore une fois, le marché ne peut fonctionner que s’il est sincère, c’est à dire qu’il intègre toutes les conséquences d’une action ou transaction. Or, comme pour les questions environnementales certains effets soit se reportent dans le temps, ou se diffusent auprès d’un grand nombre de personne le marché ne peut fonctionner à satisfaction, car le bénéfice immédiat de l’un devient des pertes multiples auprès des autres.

L’intégration des externalités doit représenter le cœur des mécanismes de régulation. Prenons comme exemple le prix de l’essence, car il semblerait bien que la population suisse soit très sensible sur cette question. Les lobbies de l’industrie pétrolière se gardent bien d’expliquer qu’en réalité le consommateur paye au minimum 2 fois son essence, une première fois à la pompe, mais ensuite une deuxième via les coûts induits sur la santé (donc des primes maladie plus élevées), ainsi que via les frais d’entretien des bâtiments qui se dégradent plus rapidement dans une atmosphère polluée (donc ici les loyers).

Au final le vrai prix complet du litre d’essence doit se situer pas si loin du double du prix apparent payé par les automobilistes. Il faut comprendre qu’une augmentation du prix de l’essence représente rapidement des économies substantielles sur les conséquences externes (santé, entretien du bâti), et le surcoût se compense également par la baisse de la consommation. Au final, le citoyen – consommateur – payeur retrouve plus que sa mise avec une qualité de vie améliorée en prime.

Occulter les externalités correspond clairement à un report de charge sur autrui et/ou sur les générations à venir. Profiter de manière abusive du libre marché pour réaliser du dumping écologique ou social relève de la même logique “que les autres payent à ma place !”. A partir de ces comportements biaisés, on oppose croissance et décroissance, alors que la part des énergies renouvelables doit massivement croître, de même celle de l’agriculture biologique, des coopératives de logement, des transports publics, ou encore de l’autoconsommation, pour que puisse décroître la part de l’économie non durable.

Pour le meilleur ou le pire ?

Une votation se gagne sur la peur, sur la diabolisation de l’adversaire, sur le refus du changement. Ce sont des victoires à la Pyrrhus, car fondées sur la philosophie de l’Autruche : nier les problèmes, mettre la tête dans le sable, n’a jamais fait avancer une société. Les périls sont connus et tout retard à les empoigner ne fera qu’augmenter les coûts financiers, énergétiques, humains et pour la biosphère. On sait maintenant de manière certaine que les climato-sceptiques ont, durant bien plus de 20 ans, empêché toute action efficace en matière climatique. La société pétrolière Exxon notamment avait été informée par ses propres scientifiques en 1977 sur la mécanique du réchauffement climatique. Shell dénonçait publiquement en 1991 via un film éducatif mis à disposition des écoles les risques et conséquences liés au réchauffement climatique. Ces deux sociétés se sont d’une part abstenues d’entreprendre quoique ce soit contre la menace qu’elles avaient identifiée, mais, bien plus grave encore, ont délibérément choisi d’utiliser leurs connaissances pour induire le public en erreur afin de préserver leur modèle d’affaire à court terme. On peut déjà prédire que les générations futures accuseront les climato-sceptiques de crime contre l’humanité.

exxonshell responsables

Alors sommes-nous capables de changer un peu notre perception du confort, notre mode de vie ultra-matérialiste pour gagner un avenir serein et vivable, ou faisons-nous comme le président Bush père, qui, en 1992, déclarait au Sommet de Rio le mode de vie américain non négociable ? Si chaque humain voulait vivre comme l’Américain moyen, il nous faudrait 5 planètes, ou alors accepter l’inégalité comme règle fondamentale du genre humain. Ce serait définitivement prendre congé de ce qui a fondé la notion de progrès : l’égalité de chances et de droits et la capacité d’innover de l’être humain.

Les scientifiques le clament de manière unanime : nous devons prendre maintenant un virage résolu pour éviter des conséquences insupportables. Alors refusons de nous laisser diviser par une minorité manipulatrice et prenons maintenant les décisions nécessaires pour assurer un avenir sur cette planète à nos enfants. Alors cessons de nous laisser berner par les lobbies du court terme et de la vue étroite qui nous mènent droit dans le mur.

René LONGET  & Laurent-David JOSPIN

Post-Scriptum : certains d’entre vous l’ont remarqué, nous avons eu un problème avec la promotion sur Facebook. Le problème résidait dans le message tagué sur l’image utilisée pour rendre le teaser attractif. Facebook se considère autorisée à définir ce qui est bien et ce qui ne l’est pas. Nous contournons le problème avec une variante alternative de l’image que vous pouvez trouver ci-dessous, si elle vous plaisait (cliquer sur la miniature pour obtenir la pleine résolution).

pollueur menteur tueur

Politique hospitalière neuchâteloise : le projet du Conseil d’État nous mène à une catastrophe financière

En lisant le titre de mon post, une idée s’est déjà imposée à vous : ça y est, Laurent-David nous attire dans le conflit haut-bas. Alors de toute urgence avant que vous ne stoppiez votre lecture, je vous le dis tout net, non, pas du tout et même bien au contraire, c’est la santé économique de l’ensemble du Canton qui m’inquiète grandement.

Si vous vous intéressez à la question hospitalière neuchâteloise, vous aurez certainement lu une ribambelle d’expertises (ou leurs résumés dans les médias) se contredisant toutes les unes les autres. Chaque camp choisit celles qui lui conviennent et la possibilité d’une union sacrée a été enterrée, il y a fort longtemps déjà.

Nous ne parlerons pas ici de l’initiative lancée par les deux villes du haut du canton, car en réalité cela n’a aucune, ou plus précisément n’a plus aucune, incidence sur le point essentiel qui déterminera les conséquences découlant de l’éventuelle acceptation par la population neuchâteloise du projet du Conseil d’État, à savoir le facteur humain.

Le dit projet présente une immense faiblesse, car il se trouve déjà à l’extrême limite inférieure du volume minimal nécessaire pour garantir la viabilité d’un centre hospitalier sensé pouvoir régater avec ceux de Genève, Lausanne, ou encore Berne ! Or, le refus de la population du haut conduit à ce qu’aujourd’hui déjà une part toujours plus importante des patients du haut du canton privilégient l’hôpital de Saint-Imier. Sans hôpital sur le haut, vous pouvez sans risque parier pour au minimum un doublement de cette part et certainement bien davantage en réalité.

 S’il n’y avait que les (mauvaises) raisons de la frustration voir colère, on pourrait jouer le pari risqué d’un apaisement au fil du temps, mais ici l’objectivité force à constater les, cette fois très bonnes, raisons comme la proximité (10 min contre 30), facilité d’accès (parcage aisé notamment), qualité d’accueil et d’autres, qui garantissent l’échec d’une volonté centralisatrice sur le site de Pourtalès (déjà saturé soit rappelé en passant, voir image d’actualité).

grippe pourtalès

 Les défendeurs de la vision centralisatrice inhérente au projet du Conseil d’État seraient bien avisés d’écouter le très haut taux de satisfaction des patients qui ont tenté l’expérience de “s’expatrier” chez nos voisins bernois.

 Si le projet porté à bras le corps par le Conseiller d’État Laurent Kurth et son égérie en la personne de la présidente de HNE Pauline de Vos Bolay, vient à être accepté par la population neuchâteloise, le canton se chargera d’un énorme fardeau financier supplémentaire, alors même que nos finances flirtent déjà avec la double ligne rouge.

 Le phantasme proposé aux citoyens de notre canton ne pourra jamais être rentabilisé. Les quelques 170’000 neuchâtelois ne suffisent déjà pas. Il faudrait plutôt taper dans les 250’000 pour atteindre le seuil inférieur de rentabilité. Si nous devons encore soustraire ne serait-ce que 30 % des habitants du haut, nous pouvons certifier à la fois une augmentation massive des primes d’assurance maladie et de la fiscalité à moyen terme.

 Laurent Kurth a prouvé à de multiples occasions son habileté manipulatrice (j’en connais des camarades du haut qui regrettent de l’avoir soutenu en son temps!!!). Je n’arrive pas à croire qu’il ne soit pas conscient de ce qui précède. En vérité, il flatte l’électorat du bas du canton pour réunir une majorité maintenant, obtenir la médaille qu’il se souhaite pour garnir son blason, et au final sait très bien qu’au moment où la vraie addition de ces errements sera présentée à la population, soit dans 15 ans environ, il coulera une heureuse retraite d’ex-conseiller d’état, payée par les citoyens de ce canton.

 Peu importe que l’initiative pour 2 hôpitaux soit acceptée ou non, l’urgence consiste à refuser ce projet dont la réelle motivation se cache dans l’ego de deux personnes voulant favoriser leurs carrières respectives et se moquant éperdument des difficultés des petites gens à boucler leurs budgets familiaux, tout particulièrement la classe moyenne inférieure trop riche pour être aidée mais quand même pas assez pour ne pas être à la peine mois après mois.

 Laurent-David JOSPIN

Plein d’espoir, voici mes voeux pour 2017

En vous remerciant toutes et tous pour vos conseils, encouragements et autres soutiens, j’ai le plaisir de vous adresser mes voeux pour d’excellentes fêtes en 2016, un passage en douceur dans la nouvelle année, et surtout une année 2017 riche en concrétisation de vos projets.

C’est de nouveau moi qui ai choisi la carte de voeux de l’entreprise et comme chaque fois j’ai opté pour une carte de la Fondation l’Abbé Pierre pour soutenir l’organisation bien sûr, parce que leurs cartes sont très belles, mais aussi, et peut-être même plus encore, car le message me parle au plus profond de moi.

Nous sommes tous hommes d’une seule et même terre.

S’il m’est possible de faire adhérer quelques personnes de plus à cette vérité essentielle durant cette année à venir, je pourrai dire que mon engagement n’aura pas été vain.

Laurent-David Jospin

voeux 2016 C T

Endgültig weg mit den obsoleten AKW! Sus aux centrales nucléaires obsolètes!

Version allemande du texte paru sur Le Temps le samedi 22 octobrefile6s004b7u2bswsdob0z

Kaum haben die Grünen die Initiative „Für einen geordneten Ausstieg aus der Atomenergie“ lanciert, strotzt es in der medialen Diskussion bereits wieder vor Unwahrheiten! Hervorgehoben wird, dass bei einem angeblich „überhasteten Ausstieg“ die Bevölkerung „kolossale Schadenersatzkosten“ im Umfang von mehreren Millionen an die Kraftwerkbetreiber zahlen müssten. Dabei wird verschwiegen, dass diese gleiche Bevölkerung aktuell alle Risiken trägt und die weit höheren Aufwände für den Rückbau vollumfänglich wird berappen müssen – ganz zu schweigen von den äusserst langfristig anfallenden Entsorgungskosten.

Wie hoch sind die Rückbaukosten?

Die europäische Kommission nannte Anfangs 2016 Kosten von 250 Milliarden Euro, um die aktuell betriebenen 123 Reaktoren abzuschalten. Der Finanzhof unseres, notabene notorisch pro-nuklearen Nachbarstaates Frankreich hat den Rückbau für die eigenen Anlagen soeben auf 100 Milliarden beziffert. Soweit die aktuellsten Zahlen. Die das ungute Gefühl hinterlassen, dass da noch mehr nachkommt – mussten die Zahlen doch nach jeder Analyse massiv nach oben korrigiert werden. Das Bundesamt hat bis Ende Jahr Zeit, vergleichbare Zahlen für die Schweiz zu errechnen. Neutrale Experten befürchten das Schlimmste – dies obwohl die Finanzaufsicht bereits bei der letzten Revision im 2011 eine Erhöhung von 30% einfordern musste.

Die Branche tanzt(e) uns auf der Nase herum!

Diese harte Realität müssen auch die AKW Befürworter anerkennen. Deshalb versuchen sie – ganz nach altem Muster – den Betrieb zu verlängern, indem sie anführen, man müsse die Reaktoren noch einige Jahre länger laufen lassen, um die bisher ungenügenden Reserven aufzustocken.

Die Bürgerinnen und Bürger werden die reell anfallenden Kosten übernehmen müssen. Dabei ist ganz egal wie man sie nennt, ob „Schadenersatz für die vorzeitige Schliessung“ oder „Ausgleich der ungenügenden Deckung der Rückbau und Entsorgungskosten“. Über Jahre wurde Strom viel zu billig verkauft, indem keine Gebühr für die Entsorgung erhoben wurde. Das Prinzip „je grösser die Anlage, desto besser“ war also nichts als eine sehr erfolgreiche Lüge. Und vielleicht klappt es ja ein weiteres Mal, voller Überzeugung wider besseres Wissen zu argumentieren.

Bis repetita!

Diesmal hat man sich für die Strategie entschieden, die Diskussion möglichst so zu steuern, dass in Vergessenheit gerät, dass die AKW aktuell mit Verlust produzieren – egal ob man den billigen Preis ohne Entsorgungsgebühr annimmt oder eine Vollkostenrechnung anstellt. Je länger die AKW produzieren, desto höher wird das Loch, das sie in unser Budget reissen!

Ein Reaktorunfall? Eine Million Personen wären umzusiedeln

Bei einem Reaktorunfall im Schweizer Mittelland müsste 1 Mio Menschen umgesiedelt werden. Die Schadenhöhe wird auf zehn Jahre BIP beziffert. Dies käme für die Schweiz einem Konkurs gleich. Im Bestreben, Atomstrom trotzdem weiterhin als „sicher“ zu verkaufen, wird ab sofort mehr für die Wartung der AKW investiert, was dessen Wettbewerbsfähigkeit zusätzlich schwächt. Während die Kurve des Ökostroms genau umgekehrt verläuft.

Warum die Vehemenz?

Um zu verstehen, warum man sich so vehement für diesen Kadaver wehrt, muss man sich die Bilanzen der Betreiber genauer anschauen. Viele von ihnen führen noch immer hohe Beträge unter den Aktiven, obwohl sie Reserven hätten anlegen sollen, um den äusserst langfristigen Forderungen nachkommen zu können. Fazit: Ein Atomkraftwerk ist kein Vermögenswert, sondern in Tat und Wahrheit auf sehr, sehr lange Zeit eine Belastung. Die frühzeitige Unterbindung des AKW Mühleberg im Anschluss an eine Kostenexplosion der Wartungskosten zeigt dies auf eklatante Weise.

Sogar wer die Risiken aus den Augen lässt, die die nächste und viele weitere Generationen werden tragen müssen, muss einsehen, dass mit jedem zusätzlichen Betriebsjahr die Rechnung höher ausfällt, die die Einwohner dieses Landes tragen müssen. Diesem Spuk jetzt in geordneter Art und Weise ein Ende zu setzen, hat nichts mit Träumen von Wollsocken-Idealisten zu tun, sondern einzig mit gesundem Finanzmanagement.

Laurent-David JOSPIN

Ursprungliche Artikel auf französisch : https://www.letemps.ch/opinions/2016/10/21/sus-aux-centrales-nucleaires-obsoletes

Herzlichen Dank an Fabienne E. für die Übersetzung